(Pékin) La Chine a rapporté samedi seulement 11 nouvelles contaminations par le nouveau coronavirus, mais pour la première fois depuis le début de l’épidémie, l’essentiel sont le fait de personnes venant de l’étranger.

Agence France-Presse

Parmi ces cas supplémentaires, quatre à peine ont été enregistrés dans la ville de Wuhan (centre), épicentre de la COVID-19 où le virus est apparu fin 2019, selon le ministère de la Santé.  

C’est le chiffre le plus bas depuis le début du comptage en janvier.

Les sept autres nouvelles contaminations recensées (quatre à Shanghai, deux dans la province du Gansu et une à Pékin) sont le fait de personnes en provenance de l’étranger. Leur nationalité n’a pas été précisée.

La Chine compte ainsi désormais un total de 95 « cas importés », comme elle les appelle.  

Si comme l’a dit le président Xi Jinping, l’épidémie est « pratiquement jugulée » dans le pays, les autorités sanitaires restent vigilantes face aux arrivées de voyageurs contaminés, notamment d’Iran, de Corée du Sud, d’Italie et des États-Unis.

La municipalité de Pékin a ainsi annoncé cette semaine que toute personne arrivant dans la ville en provenance d’un autre pays, quel qu’il soit, serait désormais placée en quarantaine obligatoire de 14 jours.

Le ministère de la Santé a également rapporté samedi 13 morts supplémentaires (une légère hausse par rapport aux sept de la veille), portant le total à 3189 en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao).

Un total de 80 824 personnes ont désormais été contaminées dans le pays.  Mais plus de 65 000, soit plus de 80 %, sont déjà guéries et sont sorties de l’hôpital.

La très sensible amélioration constatée ces dernières semaines a poussé les autorités à assouplir les restrictions aux déplacements visant les 56 millions d’habitants de la province du Hubei – dont Wuhan est le chef-lieu.