(Washington) Le Capitole, siège du Congrès américain à Washington, va fermer temporairement ses portes aux touristes à partir de jeudi soir jusqu’au 1er avril « par mesure de précaution », ont annoncé les responsables de la sécurité, tandis qu’un premier employé a contracté le coronavirus.

Agence France-Presse

« Un membre de l’équipe du bureau de la sénatrice Maria Cantwell a été testé positif à la COVID-19 », ont annoncé ses porte-parole dans un communiqué.  

Cette personne n’a pas eu de « contact connu » avec la sénatrice ou d’autres parlementaires, précisent-ils. Le bureau a été fermé et tous les employés ayant été en contact avec elle vont être testés.

En parallèle, les autorités responsables de la sécurité au Capitole ont annoncé que « toutes les visites » touristiques seraient suspendues à partir de 17 h jeudi, jusqu’à 8 h le 1er avril. Le Congrès reçoit jusqu’à cinq millions de visiteurs chaque année.

« Nous prenons cette décision temporaire par mesure de précaution pour protéger la santé et sécurité des employés du Congrès ainsi que le public », ont écrit les « sergents d’armes » du Sénat et de la Chambre des représentants.

Seuls les parlementaires, leurs équipes, les journalistes accrédités ainsi que les visiteurs venant pour des rendez-vous professionnels seront autorisés à accéder aux bâtiments.

Les démocrates et la Maison-Blanche étaient justement en négociations jeudi autour d’une proposition de loi visant à alléger l’impact économique de l’épidémie pour les Américains, en élargissant à tous ceux qui en auront besoin l’accès aux tests et les congés maladie dans un pays qui ne compte pas sur un système universel de santé.  Mais les républicains du Congrès étaient divisés.

Le Pentagone a également annoncé jeudi la suspension de toutes les visites touristiques dès le début de matinée et « jusqu’à nouvel ordre ». Quelque 2000 personnes le visitent chaque semaine.  

Les États-Unis ont dépassé la barre des 1300 cas d’infection au nouveau coronavirus, et 38 personnes en sont mortes, selon les statistiques de l’université américaine Johns Hopkins.