(Ottawa) Pour contrer les impacts du nouveau virus COVID-19 sur les travailleurs, les entreprises et les provinces, le gouvernement Trudeau délie les cordons de la bourse fédérale en créant un fonds d’un milliard de dollars.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

La moitié de cette somme sera versée aux provinces pour les aider à payer les coûts supplémentaires liés aux différentes mesures qu’elles mettent en œuvre afin de limiter la propagation du virus comme l’achat de masques et d’équipements.

« Notre message aux Canadiens est clair : à tous les travailleurs et à toutes les entreprises dans l’ensemble des provinces, et des territoires, on est là pour vous et on s’en sortira ensemble », a déclaré le premier ministre, adit le premier ministre Justin Trudeau en conférence de presse.

Près de 300 millions de dollars serviront à financer des activités de recherches, de tests de clinique et le développement de vaccins.

Le premier ministre a aussi annoncé qu’Ottawa éliminait le délai d’attente d’une semaine avant l’obtention de prestations de chômage pour les travailleurs qui ne peuvent se présenter au travail à cause de la pandémie de coronavirus.

« Permettez-moi d’être clair : personne ne devrait s’inquiéter pour son emploi s’il doit être en quarantaine, et aucun employeur ne devrait envisager mettre à pied un employé en raison du virus. Nous pouvons vous soutenir, et c’est ce que nous ferons », a-t-il tranché.

Pour être admissible à cette mesure, il faudrait soit fournir un papier du médecin, soit suivre les recommandations des autorités sanitaires provinciales ou fédérales, a plus tard indiqué la ministre responsable du dossier de l’assurance-emploi, Carla Qualtrough.

Mais les critères d’admissibilité pourraient évoluer, a-t-elle signalé.

Le gouvernement compte par ailleurs d’élargir le programme de travail partagé pour les entreprises pour éviter de mettre à pied des travailleurs pendant cette crise.

Et parce que la crise est mondiale, et que « les pays dont les systèmes de santé sont plus fragiles sont plus à risque de voir le virus se propager », Ottawa allonge également 50 millions « pour aider les pays qui sont particulièrement vulnérables », a annoncé Justin Trudeau.

Le point sur les déplacements

D’autres mesures pourraient venir dans le prochain budget fédéral, a affirmé le premier ministre, qui était flanqué de ses ministres Bill Morneau (Finances), Patty Hajdu (Santé), Jean-Yves Duclos (président du Conseil du Trésor) et de sa vice-première ministre Chrystia Freeland.

Par ailleurs, puisque la saison touristique se profile à l’horizon, on commence à se demander si les bateaux de croisière pourront accoster dans les divers ports du Canada. Le gouvernement, a dit Justin Trudeau, n’a pas encore pris de décision à ce chapitre.

En début de semaine, l’Agence de la santé publique du Canada a déconseillé les voyages à bord de bateaux de croisière, où le contact étroit avec des passagers provenant d’une multitude de pays est propice à une propagation du nouveau coronavirus.

Quant à la possibilité d’interdire les vols en provenance de pays où la COVID-19 a frappé plus durement comme la Chine, l’Iran et l’Italie, le gouvernement « ne ferme la porte à aucune éventualité », a affirmé le premier ministre.

Cela dit, «on n’a pas choisi de fermer les frontières à la Chine dans les débuts et je pense qu’on a pu voir qu’on a pu restreindre la propagation du virus au Canada depuis plusieurs semaines», a-t-il fait valoir.

Alors depuis le début de la semaine, deux députés libéraux (Anthony Housefather et Seamus O'Regan) ont dû s’isoler de manière préventive, et que Justin Trudeau lui-même a récemment participé à un événement où se trouvait une personne infectée à la COVID-19, son entourage a dû s’ajuster.

Le premier ministre n’a pas subi de test de dépistage, mais il suit les recommandations des autorités sanitaires. « Le conseil de la Santé publique est la surveillance de soi-même », a précisé à ses côtés la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada.

En revanche, a-t-il indiqué, son horaire de travail pour la semaine a été modifié de façon à éviter de prendre des risques inutiles. Et la Chambre des communes « réfléchit » à l’environnement de travail des députés, dont plusieurs passent leur temps en avion, a dit Justin Trudeau.

L’opposition réagit tièdement

Dans le camp conservateur, on a continué mercredi à réclamer des contrôles plus serrés aux frontières.

« On a moins de cas que dans d'autres pays, mais en même temps, on voit des gens qui arrivent de différents pays comme l'Inde, la Chine, l'Italie, et qui nous rapportent qu'ils sont passés à l'aéroport et que personne ne les a interpellés », a argué le député Alain Rayes.

Le plan d’Ottawa a par ailleurs laissé le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, sur sa faim.

À son avis, puisque 60 % des Canadiens n’ont pas accès à l’assurance-emploi, le gouvernement devrait leur verser directement un chèque, et ce, sans que les citoyens aient à présenter un billet du médecin.

Peu importe le coût, aussi: « Je fais confiance aux gens », a plaidé M. Singh en point de presse.

Au Bloc québécois, le chef Yves-François Blanchet n’a pas semblé chaud à la proposition néo-démocrate.

De façon générale, il « reconnaît qu’il y a des choses tout à fait pertinentes » dans le plan gouvernementale, mais estime que le tout pourrait néanmoins s’avérer insuffisant puisque la COVID-19 est désormais une pandémie mondiale.

Il a aussi suggéré au gouvernement de tenir des conférences de presse quotidiennes pour faire le point sur la situation, histoire de fournir une « prévisibilité ».