(Bogota) La Colombie et l’Argentine vont placer en quarantaine les personnes arrivant des pays les plus touchés par l’épidémie de coronavirus, notamment la Chine, l’Italie, l’Espagne, la France, pour tenter de freiner la propagation du COVID-19 sur leur territoire.  

Agence France-Presse

Bogota a annoncé le placement à l’isolement des personnes en provenance de Chine, Italie, Espagne et France. Buenos Aires a ajouté à cette liste les voyageurs qui arrivent d’Allemagne, des États-Unis, de Corée du Sud, du Japon et d’Iran.  

« Compte tenu de ce qu’impliquent les mesures de quarantaine mises en place par la Chine, l’Italie, l’Espagne et la France, le gouvernement a opté pour l’isolement préventif des personnes en provenance desdits pays afin de protéger la santé publique », a expliqué le chef de l’État colombien, Ivan Duque, sur Twitter.

La Colombie a enregistré le 6 mars son premier cas de nouveau coronavirus chez une voyageuse âgée de 19 ans, arrivée à Bogota en provenance de Milan, en Italie où elle étudie.  

En Argentine, le premier et unique cas mortel de coronavirus est un homme de 64 ans qui avait voyagé en France, décédé le 8 mars.  

« Ce n’est pas une mesure volontaire, ce n’est pas une recommandation. Si quelqu’un ne la respecte pas, ce sera considéré comme un délit, car cela met en danger la sécurité publique », a déclaré le président argentin, Alberto Fernandez à la radio locale Delta.  

M. Fernandez a indiqué que son gouvernement étudiait la mise en place de mesures plus spécifiques concernant les personnes arrivant d’Italie, le pays européen le plus touché par le virus.  

« Nous sommes en train d’étudier si nous suspendons l’entrée des personnes qui viennent d’Italie. Hier (mardi) nous en avons discuté et nous allons décider dans les prochains jours », a-t-il ajouté.  

Mardi, le Chili avait déjà annoncé le placement en quarantaine des personnes en provenance d’Espagne et d’Italie pour tenter de freiner la propagation de l’épidémie.

Le coronavirus touche désormais 11 pays en Amérique latine depuis l’apparition d’un premier cas au Brésil le 26 février.