Pierre-Yves Roger ASSOCIATED PRESS

On connaissait jusqu'à présent les Simpson à la télévision: les voilà qui débarquent au cinéma, ce vendredi, dans une histoire abracadabrante, où les bêtises d'Homer déclenchent une série de catastrophes.

C'est en effet le père de cette petite famille américaine qui, en déversant les déjections de son cochon dans le lac de Springfield, provoque une pollution sans précédent. Avec le feu vert du président des États-Unis, Arnold Schwarzenegger, le chef de l'Agence pour la protection de l'environnement, Russ Cargill, décide d'isoler la ville du reste des États-Unis.

Quant aux habitants de Springfield, ils s'apprêtent à lyncher Homer, qui parvient à s'échapper de justesse avec sa famille. Il arrive à convaincre Marge, son épouse, et leurs trois enfants de le suivre en Alaska pour refaire leur vie. Mais quand Marge apprend que c'est désormais Springfield qui est menacé d'un grave danger, elle décide de rentrer pour soutenir sa population. Égoïstement, Homer refuse de la suivre dans un premier temps, avant de réaliser que s'il veut retrouver les siens et se faire pardonner, il doit sauver Springfield...

On retrouve dans le film tous les personnages qui ont fait le succès de la série, Homer et Marge bien sûr, mais aussi leurs enfants, le jeune garnement Bart et ses deux soeurs, la brillante Lisa et la toute petite Maggie, qui ne lâchera sa tétine que pour prononcer un mot à la fin du film.

Créée pour la télévision en 1988 par Matt Groening, cette série de dessins animés a connu un succès assez exceptionnel. Quatre cents épisodes ont été réalisés pour le petit écran, diffusés sur 18 saisons. Time Magazine leur a même décerné le titre de «meilleure émission télévisée du XXe siècle», et ils ont récolté 23 Emmy Awards, les récompenses de la télévision américaine.

Pour les besoins du film, il a fallu mettre en place une autre équipe de scénaristes, qui ont cherché à mêler comédie, action et émotion. Le pari est réussi, les gags s'enchaînent à toute vitesse et devraient plaire aux habitués de la série autant qu'aux novices en la matière, enfants et adultes.

Contrairement à de nombreux films d'animation qui sortent aujourd'hui, les voix des personnages ne sont pas celles de stars, mais des personnes qui les incarnent dans la série. En l'occurrence, les voix québécoises d'Homer et de Marge sont celles d'Hubert Gagnon et de Béatrice Picard.

Sur un ton corrosif, critique, mais aussi constamment humoristique, les Simpson dénoncent mine de rien bon nombre de travers de nos sociétés, notamment l'égoïsme des gens refusant de changer leurs comportements pour mieux protéger l'environnement et préserver les ressources naturelles.

À noter aussi qu'il ne faut pas quitter la salle avant la fin du générique qui, même s'il est un peu long, réserve quelques surprises...