Philippe Renaud, collaboration spéciale

La pionnière du synthétiseur, Wendy Carlos, s'y est d'abord attaquée. Vingt-neuf ans plus tard, on découvre enfin la trame sonore que Daft Punk a composée pour Tron: Legacy, suite du long métrage Tron en salle depuis hier.

Obsession geek de la saison, le film Tron: Legacy arrive presque trois décennies après le long métrage initial, premier film américain à avoir fait un usage massif d'effets spéciaux créés par ordinateur. Qui plus est, un film campé dans un univers encore méconnu en 1982, celui de l'informatique. Tron a été un échec commercial, lancé le même été que E.T. et Blade Runner (dont Vangelis a composé la mythique trame sonore), mais il a ensuite été redécouvert par toute une génération d'adolescents qui ont grandi main dans la main avec les jeux vidéo et les ordinateurs personnels.

Disney, producteur des deux films, a frappé dans le mille en recrutant le duo Daft Punk pour mettre en musique les images de la suite de son film-culte. Lorsque confirmée, l'annonce a provoqué des palpitations chez les fans: les plus sci-fi des pop stars pour le plus geek des films de science-fiction? Casting parfait. Avec ses costumes et casques de robots conçus par Hedi Slimane, avec ses scénographies lumineuses et minimalistes, le duo formé de Guy-Manuel de Homem-Cristo et Thomas Bangalter puisait son inspiration autant dans le premier Tron que dans les mangas. À cet effet, la première incursion de Daft Punk dans l'univers cinématographique a été le film d'animation de science-fiction Interstella 5555 (2003).

De Walter à Wendy

Daft Punk a recruté le London Orchestra et l'arrangeur Joseph Trapanese pour accoucher de ces ambiances souvent soyeuses qui amalgament les cordes classiques aux synthétiseurs et boîtes à rythmes. «Les synthétiseurs sont une faible intelligence artificielle, alors qu'un Stradivarius existera pour mille ans. Dès le départ, nous savions que cette trame sonore ne serait pas composée qu'avec des synthétiseurs», a confié de Homem-Cristo au magazine Dazed&Confused.

Ce faisant, le duo rend un subtil hommage à Wendy Carlos, qui a composé la remarquable trame sonore originale de Tron il y a une trentaine d'années. Personnage-clé de la popularisation du synthétiseur, Wendy s'appelait Walter au moment de lancer Switched-On Bach en 1968, disque sur lequel l'instrumentiste reprend le répertoire de Bach sur un synthétiseur Moog. L'album était à l'époque le disque de musique classique le plus vendu au monde.

En 1972, Carlos a conçu la trame sonore du film A Clockwork Orange de Stanley Kubrick, puis quelques musiques pour The Shining. Usant à la fois de synthétiseurs et de cordes (celles du London Philharmonic), Wendy Carlos a réussi (rapidement et sous la pression des studios, comme le veut la légende) à composer une trame marquante, à la fois baroque et visionnaire, une fusion alors inédite entre les musiques électronique et classique dans un contexte populaire, celui d'un film d'un grand studio américain.

Références

Si l'esprit du travail de Daft Punk fait écho à celui de Wendy Carlos, il reste à voir comment la nouvelle trame sonore collera aux images de Tron: Legacy. Sur disque, la musique est surtout atmosphérique; seules trois chansons portent la vraie signature rythmique et sonore du duo français.

Or, selon le réalisateur de Tron: Legacy, Joseph Kosinski, Daft Punk a travaillé étroitement avec lui, avant même le début du tournage, pour mouler le paysage sonore du film à ses images, allant même jusqu'à faire participer Daft Punk à la création des effets sonores - une démarche qui brouille les frontières entre musique de film et ambiance sonore. «Il y a plus de 100 minutes de musique dans ce film. Elles sont tellement liées aux images que je ne pourrais imaginer le film sans sa musique», a dit Kosinski.