André Duchesne LA PRESSE

La maison québécoise Productions A4 de Jean Langevin caresse le projet de tourner un long métrage documentaire sur l’homme d’affaires britannique et grand argentier de la Formule 1, Bernie Ecclestone.

Si tout va comme souhaité, la production du film, qui porte actuellement le nom de Bernie’s System, s’amorcera à l’automne et se poursuivra durant quelques mois. Il reste des fils à attacher dans le montage financier du projet, mais le réalisateur Mathieu Roy, retenu pour tourner le film, a bon espoir de le voir aller de l’avant.

D’ailleurs, le cinéaste a profité de la récente présentation du Grand Prix de Formule 1 du Canada pour interviewer M. Ecclestone durant 25 minutes dans le paddock. Il a aussi mis en boîte beaucoup d’images sur le circuit, y compris des entrevues avec des pilotes.

«J’ai écrit une lettre à Bernie Ecclestone pour lui expliquer le projet. Il a été très gentil, raconte le réalisateur joint par La Presse il y a quelques jours. J’ai eu un très bon contact avec lui. Je lui ai demandé si nous pouvions poursuivre les entretiens à ses bureaux de Londres et il m’a dit oui.»

Jusqu’à maintenant, un nombre restreint d’œuvres ont été consacrées à Ecclestone, reconnu comme un féroce négociateur. Selon le quotidien Qui fait quoi, qui a publié la nouvelle il y a quelques jours, le documentaire serait «une biographie non autorisée» du personnage. Autrement dit, Ecclestone n’approuverait pas le contenu avant sa diffusion. Mathieu Roy nous a confirmé l’information.


Cela dit, le projet ne met pas uniquement l’accent sur le monde de la F1. «C’est vraiment son histoire personnelle. Ce n’est pas tant sur la F1 que sur lui, le personnage, précise Mathieu Roy. On souhaite raconter comment il a réussi à transformer la Formule 1 en un business milliardaire mondial.»

Une des lignes narratives du projet est l’historique du Grand Prix du Canada à Montréal, poursuit-il. «On se sert de l’histoire du Grand Prix du Canada pour illustrer la méthode de Bernie.»

Autrement dit, la longue et très dure négociation entre Ecclestone et le Grand Prix du Canada, marquée par la pause de 2009, ne serait pas unique à Montréal. Le grand argentier aurait employé la même méthode ailleurs dans le monde.

Le producteur Jean Langevin, qui a travaillé dans le domaine de la F1 de 1997 à 2002, veut profiter de ses connaissances et de son réseau dans le milieu pour mener à bien son projet, indique Qui fait quoi. M. Langevin a participé récemment à la mouture 2010 de Sunny Side of the Doc, marché international du documentaire à La Rochelle, en France, pour chercher des partenaires internationaux.

Très intéressée par le projet, la Société Radio-Canada y a déjà injecté 250 000 $, ce qui représente environ la moitié du financement nécessaire.

Si les planètes sont alignées, Mathieu Roy ira tourner d’autres images au Grand Prix de Monza, en Italie, le 12 septembre prochain.

À 32 ans, M. Roy a un parcours déjà fort intéressant. Assistant du réalisateur Martin Scorsese lors du tournage du film The Aviator à Montréal, il a tourné un documentaire sur le réalisateur François Girard (Le violon rouge, Soie) et un autre sur le pianiste Louis Lortie, intitulé Mort à Venise. Actuellement, il termine le montage du film A Short History of Progress portant sur la dépendance des humains au progrès.