Des efforts sont faits pour amener la jeune vedette congolaise du film du Québécois Kim Nguyen Rebelle à la prestigieuse cérémonie des Oscars fin février.

Publié le 30 janv. 2013
Cassandra Szklarski LA PRESSE CANADIENNE

Les producteurs Marie-Claude Poulin et Pierre Even ont indiqué avoir fait la demande de visa pour permettre à Rachel Mwanza de venir à Los Angeles à partir du Congo.

Ils affirment que la jeune de 16 ans est enthousiaste à l'idée de visiter Los Angeles, où elle rêve de rencontrer les vedettes de la pop Beyoncé et Rihanna qui doivent offrir des prestations lors de la cérémonie.

«Rachel (Mwanza) était surtout excitée à l'idée de fouler le tapis rouge et d'avoir l'occasion de voir ses idoles. C'est le rêve de bien du monde de se retrouver à Hollywood. C'est aussi celui de Rachel», a exprimé le producteur Pierre Even.

Mais cela dépend de l'obtention d'un visa pour la jeune actrice au coeur de ce troisième film québécois en trois ans à être en lice pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

M. Even a expliqué que la requête avait été déposée à la fin de la semaine dernière à l'ambassade à Kinshasa. Il a ajouté que Rachel Mwanza devait aussi se prêter à une rencontre avec les autorités américaines pour les convaincre qu'elle ne compte pas demeurer aux États-Unis.

«Il faut vraiment démontrer qu'elle va entrer et ressortir rapidement des États-Unis. Son tuteur, qui a eu un visa à long terme aux États-Unis, est à Kinshasa pour un tournage. Il va pouvoir assister Rachel dans les démarches», a mentionné M. Even.

Les producteurs ont aussi affirmé que la jeune Congolaise viendrait par la suite au Canada pour les cérémonies des Prix Écrans canadiens, à Toronto, et des Jutra à Montréal.

Les Oscars seront remis le 24 février à Los Angeles.

Dans Rebelle, Rachel Mwanza interprète une fillette de 12 ans qui est contrainte de devenir une enfant soldat.

M. Even a parlé d'une visite d'environ cinq jours en sol américain, disant prévoir deux journées d'entrevues post-cérémonie des Oscars pour promouvoir la sortie de Rebelle aux États-Unis le 1er mars.

Rachel Mwanza a aussi besoin d'un visa pour entrer au Canada, mais la productrice Marie-Claude Poulin a dit ne pas s'attendre à ce que soit un problème puisque l'adolescente avait passé deux mois ici l'an dernier lors de la première.

L'actrice avait aussi fait le voyage à Berlin et Paris pour d'autres projections de «Rebelle», ce qui devrait aider à l'approbation de la requête, selon les producteurs.

Rachel Mwanza n'avait jamais tenu de rôle avant de décrocher celui de Komona. L'adolescente a été abandonnée par ses parents et vivait dans les rues de la capitale congolaise.

L'adolescente vit actuellement avec sa collègue de Rebelle, l'actrice Marie Dilou, à Kinshasa. Les producteurs et le cinéaste - qui l'avaient d'abord remarqué dans un documentaire - ont promis de payer pour son éducation et un logement d'ici à ce qu'elle atteigne l'âge de 18 ans.

«C'était d'abord l'idée de Kim (Nguyen), a souligné M. Even. Nous nous sentons encore responsables envers Rachel car elle nous a tant donné avec ce film.»

Le long métrage Rebelle a été primé à l'étranger, notamment à la Berlinale et au Festival du film de Tribeca, et la jeune actrice congolaise Rachel Mwanza, l'interprète principale du film, a remporté le prix de la meilleure actrice dans ces deux festivals.

Fable moderne située en Afrique subsaharienne, Rebelle, qui porte le titre War Witch en anglais, met en scène Komona, une adolescente de 14 ans qui raconte à l'enfant qu'elle attend son passé de soldate et son histoire d'amour avec un jeune homme de 15 ans appelé Le Magicien.