(Paris) Le Festival de Cannes a annoncé jeudi une série de mesures destinées à réduire son empreinte environnementale dès sa prochaine édition, début juillet.

Agence France-Presse

Parmi les nouvelles mesures, les voitures officielles seront à 60 % hybrides ou électriques, et les impressions papier diminueront de moitié avec plus de dématérialisation, moins de tirages et une distribution plus parcimonieuse des imprimés.

Les bouteilles d’eau en plastiques seront supprimées (22 000 avaient été distribuées lors de la dernière édition avant la pandémie, en 2019), et le volume du tapis rouge « déjà intégralement recyclable et recyclé » diminuera de moitié.

Les traiteurs seront incités à « privilégier les circuits courts et les produits frais de saison, proposer des alternatives végétariennes, lutter contre le gaspillage et limiter les déchets ».

Sur cette question de déchets, le festival indique avoir déjà réussi à « valoriser » (recyclage ou production d’énergie) 99 % de ses 250 tonnes de déchets, et veut maintenir ce taux au dessus des 95 %.

Chaque participant devra également verser une contribution de 20 euros pour compenser l’empreinte environnementale de son voyage et de son hébergement.

Une contribution, dont le montant n’est pas précisé, sera versée à des projets « de compensation fiables et pertinents », choisis par « un comité scientifique d’experts indépendants ».

Le Festival, qui avait déjà engagé une série d’actions ces dernières années, dit dans un communiqué vouloir passer ainsi « à une vitesse supérieure ». Il n’a pas publié dans l’immédiat de bilan de son empreinte environnementale ou d’objectifs chiffrés, mais promet plusieurs « points d’étape » d’ici juillet 2021.

Le plus important festival de cinéma au monde, dont l’empreinte écologique a été par le passé pointée par des associations s’alarmant des kilos de nourriture jetés ou du ballet des yachts, avions et berlines, reconnaît qu’organiser un tel évènement mondial est devenu « un défi environnemental ».

Ce dernier ne pourra être résolu « instantanément » mais grâce des actions à « moyen et long terme » pour « repenser sa fabrication tout en restant fidèle à son histoire », estime le festival.