(New York) Quand Eddie Murphy a fait le premier Un prince à New York (Coming to America), il était presque indiscutablement, l’homme le plus drôle des États-Unis.

Jake Coyle
Associated Press

Eddie Murphy était à l’apogée de sa renommée, alors qu’il était en vedette dans Beverly Hills Cop II et dans son spectacle solo Raw.

C’était une époque grisante. Arsenio Hall, l’ami de longue date d’Eddie Murphy et partenaire de jeu dans Un prince à New York, se souvient que pendant le tournage, ils s’étaient faufilés dans une discothèque hollywoodienne alors qu’ils étaient toujours habillés en prince Akeem et son fidèle assistant Semmi.

« Nous étions fous », a résumé Arsenio Hall.

Les années 80 sont « floues » pour Eddie Murphy.

« J’étais si jeune, tellement de choses se passaient. On prend tout pour acquis quand on est jeune, le succès que j’ai eu », a-t-il expliqué en entrevue.

« Maintenant, je ne tiens rien pour acquis et j’apprécie tout. »

Trente-trois ans après le premier film, Eddie Murphy et Arsenio Hall sont retournés à Zamunda. La suite, qui devait initialement sortir l’année dernière, a été vendue en raison de la pandémie par Paramount Pictures à Amazon, plateforme, sur laquelle le film commencera à être diffusé vendredi.

C’est une suite improbable à une comédie à succès, qui est tellement ancrée dans les années 1980 que même le nouveau film essaie de garder une partie de l’esprit de cette époque – quelques groupes de R & B et de hip-hop notables font des caméos.

Dans Un prince à New York 2 (Coming 2 America), réalisé par Craig Brewer, Akeem apprend qu’il a conçu un fils (Jermaine Fowler) lors de sa première visite à New York.

Certains éléments ont été mis à jour. On parle de l’émancipation des femmes ; KiKi Layne joue la fille d’Akeem. Au salon de coiffure, où Eddie Murphy et Arsenio Hall reprennent également leurs personnages, la conversation porte sur les Teslas et les personnes transgenres.

« Nous avions un projet où ils portaient des chapeaux MAGA et ils étaient républicains », a relaté Eddie Murphy, faisant référence aux objets à l’effigie du slogan de l’ancien président Donald Trump, « Make America Great Again ».

« C’était drôle, mais on s’est dit qu’on n’irait pas là. »

Au lieu de cela, Eddie Murphy et ses collaborateurs – dont les scénaristes Barry W. Blaustein, David Sheffield et Kenya Barris – ont estimé que l’attrait principal du film résidait dans sa prémisse de conte de fées.

« C’est le seul film que j’ai jamais fait avec lequel il y avait un culte, a-t-il expliqué. C’est devenu comme un film culte. Les répliques du film sont devenues des slogans. »

Un prince a New York a effectivement marqué les esprits depuis 1988. Les restaurants de restauration rapide McDowell – le faux McDonald’s du film – ont brièvement eu des succursales à Los Angeles et à Chicago. Plus récemment, Beyoncé et Jay-Z se sont déguisés en personnages du film pour l’Halloween.

Mais le film réalisé par John Landis a également été un énorme succès à sa sortie. C’était le deuxième film le plus rentable au pays en 1988 avec 128,2 millions US de billets vendus – près du double de ce que Die Hard a fait cette année-là. À l’échelle mondiale, il a rapporté 288,8 millions US, soit plus de 630 millions en dollars actuels.

Pour Eddie Murphy, c’est l’héritage du film.

« Un prince à New York est le premier film de l’histoire à avoir une distribution entièrement noire qui a voyagé dans le monde entier, a-t-il souligné. Ils ne se soucient pas de Selma et Martin Luther King et de l’injustice raciale, quelle que soit notre histoire en Amérique. Ils n’en ont rien à faire ailleurs dans le monde. »

« Ce n’est pas un film sur le fait d’être Noir. C’est (un film) sur l’amour, la famille et la tradition », a-t-il ajouté.

Le scénario de la suite du film a été travaillé pendant quatre ans mais le tournage a commencé rapidement. C’est Eddie Murphy qui a approché Craig Brewer pour qu’il le réalise.

« Un prince à New York était l’un de mes films préférés à l’adolescence », a-t-il affirmé en entrevue depuis son domicile de Memphis, au Tennessee.

« Je ne pouvais pas m’empêcher de dire “Oui !” immédiatement. Ensuite, il est devenu clair pour moi que cela allait se faire, genre, maintenant. »

Le film fait renaître également la grande complicité comique entre Eddie Murphy et Arsenio Hall. Eddie Murphy a indiqué que lui et son ami s’étaient vus deux ou trois fois par semaine pendant 40 ans. Mais des dizaines d’années se sont écoulées avant qu’ils ne parlent d’une suite.

Le tournage a eu lieu au Tyler Perry Studio, et le manoir voisin du rappeur Rick Ross a été transformé en palais de Zamunda. Le film réunit la plupart des acteurs originaux – dont James Earl Jones, John Amos et Shari Headley – et met en vedette de nombreux autres, dont Wesley Snipes, Leslie Jones et Tracy Morgan.