Le festival Cinemania, qui est dédié depuis 25 ans au cinéma de la francophonie et dont l’édition 2020 s’est déroulée entièrement en ligne, a dévoilé son palmarès ce lundi. C’est le documentaire Je m’appelle humain de Kim O’Bomsawin, qui porte sur la vie de la poète innue Joséphine Bacon, qui a remporté la principale distinction de la compétition, le prix Visages de la francophonie.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

« Dans le film, Joséphine Bacon dit, au sujet des aînés : “On a besoin d’eux, pour nos enfants, pour qu’ils leur racontent le début du monde.” Nous, nous croyons que nous avons aussi besoin de ce film », ont dit dans un communiqué les membres du jury présidé par la comédienne Juliette Gosselin, à propos de ce film « percutant et lumineux ».

Le jury a aussi souligné la « pertinence » des enjeux soulevés par Je m’appelle humain, la « réconciliation et la réflexion » proposées, et le « regard amoureux » que porte la cinéaste sur le territoire. Mais c’est avant tout « pour la mémoire » que le prix Visages de la francophonie lui a été remis, ont-ils écrit.

Une mention spéciale a également été accordée au long métrage franco-arménien Si le vent tombe de Nora Martirosyan, qui porte sur le conflit au Haut-Karabakh.

Le prix Rayonnement remis au meilleur long métrage québécois ou en coproduction est allé à La nuit des rois de Philippe Lacôte, et celui du meilleur court métrage à Landgraves de Jean-François Leblanc.

Cinemania a aussi annoncé que la période de visionnement de ses films primés était prolongée jusqu’au 24 novembre. Par ailleurs, Je m’appelle humain est diffusé ce lundi à 20 h sur les ondes d’ARTV.