Mourir peut attendre (No Time to Die), le prochain volet de la série James Bond, ne tapissera pas les écrans de cinéma comme prévu au début du mois d’avril. Ses producteurs ont décidé d’en reporter la sortie au mois de novembre, en raison des craintes suscitées par la propagation du coronavirus (COVID-19).

Alexandre Vigneault
Alexandre Vigneault La Presse

La décision n’a pas été motivée par la pression populaire – deux importants sites de fans ont écrit aux producteurs pour leur demander de retarder la sortie du film, selon le quotidien britannique The Guardian –, mais par des raisons financières : la fermeture des cinémas dans des marchés majeurs comme la Chine, la Corée du Sud et le Japon auraient sans doute plombé les recettes du films. Mourir peut attendre arrivera donc sur les écrans britanniques le 12 novembre et aux États-Unis le 25 novembre.

Hollywood Reporter indiquait déjà, mardi, que la propagation du coronavirus risquait fort d’avoir un impact important, bien qu’imprévisible, sur les recettes internationales de l’industrie du cinéma, qui ont fracassé des records l’an dernier avec 42,5 milliards, dont 31,1 à l’extérieur des États-Unis. La Chine est le second marché en importance pour le cinéma et la Corée du Sud, le cinquième, selon le site spécialisé.