Elles, féministes et indépendantes. Tel est le nom d’un cycle de huit films féministes qui seront présentés à la Cinémathèque québécoise (CQ) du 25 au 29 mai.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

À la base de ce cycle se trouve un partenariat conclu entre la CQ, l’Office national du film et le gouvernement du Québec ayant permis la restauration numérique de huit films tournés par des Québécoises.

Le cycle s’amorcera le 25 mai avec Depuis que le monde est monde de Louise Dugal, Serge Giguère et Sylvie Van Brabant.

Suivront Anastasie Oh ma chérie (Paule Baillargeon), Journal inachevé (Marilù Mallet), Londeleau (Isabelle Hayeur), Le grand remue-ménage (Francine Allaire et Sylvie Groulx), Les voleurs de job (Tahani Rached), Moi, un jour (Mireille Dansereau) et Conte des mille et un jours ou Jean Desprez (Iolande Cadrin-Rossignol).

Détails : https://www.cinematheque.qc.ca/fr/programmation/projections/cycle/elles-feministes-et-independantes