Présenté en première mondiale lors du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, le Chevrolet Silverado EV fera entrer l’année prochaine General Motors (GM) dans une nouvelle ère. Première camionnette électrique de GM, elle promet de faire une chaude lutte au Ford F-150 Lightning déjà arrivé sur nos routes. Dans l’ombre de l’engouement suscité par un tel dévoilement, Chevrolet a rafraîchi sa camionnette pleine grandeur. Est-ce assez pour attirer une nouvelle clientèle dans ses salles d’exposition ?

Le design 

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

Le Chevrolet Silverado High Country 2022 est offert en trois formats de cabine et de caisse.

Les habitués de la marque ne seront pas déstabilisés outre mesure. Les designers ont appliqué la recette d’un rafraîchissement de mi-cycle traditionnel, misant pour l’essentiel sur la partie avant de la camionnette. Là, on retrouve évidemment des combinaisons différentes selon la livrée choisie, avec comme fil conducteur la grande calandre dont les phares sont partie intégrante. Les variantes plus cossues intègrent des traits horizontaux et des phares de jour en C qui agissent également comme clignotants séquentiels. Du reste, les assemblages de couleurs de jantes et de formats sont nombreux pour ratisser le plus large possible. De la livrée WT de série jusqu’au ZR2 mettant l’accent sur son aisance sur les chemins crevassés, il y a d’importantes différences en fonction du mandat. En outre, Chevrolet propose toujours trois formats de cabine et de caisse.

À bord 

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

L’habitacle du Chevrolet Silverado High Country 2022

Il faut néanmoins s’asseoir dans le Silverado pour constater à quel point les changements apportés à la recette sont tangibles. L’habitacle a été entièrement remodelé, permettant de tracter la camionnette du bas de son segment vers le haut du podium sur cet aspect. La version High Country essayée mise sur son raffinement pour séduire une clientèle qui cherche un produit de luxe. Les appliques de bois à pores exposés et les motifs de couture cousus dans le cuir perforé des sièges rendent le décor fort raffiné avec les lignes horizontales de la planche de bord. L’assemblage est en outre nettement plus resserré qu’auparavant. L’espace en soi demeure exceptionnel. La cabine la plus volumineuse peut accueillir sans encombre cinq personnes et la présence d’un plancher plat à l’arrière assure un bon confort pour les passagers. Les rangements sont tout aussi nombreux que volumineux.

Sous le capot 

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

Quatre moteurs sont proposés : un quatre-cylindres turbo de 2,7 L (310 ch) ouvre la marche, suivi d’un six-cylindres turbodiesel de 3 L (277 ch) et de deux V8 atmosphériques de 5,3 L (355 ch) et 6,2 L.

Contrairement à ce qu’on observe chez les rivaux, il n’y a pas d’hybride au menu du Silverado. Un quatre-cylindres turbo de 2,7 L (310 ch) ouvre la marche, suivi d’un six-cylindres turbodiesel de 3 L (277 ch) et de deux V8 atmosphériques de 5,3 L (355 ch) et 6,2 L. C’est ce dernier qui a été mis à l’essai, couplé à une transmission à 10 rapports. Il tente de contenir sa soif au moyen d’un système de désactivation de la cylindrée pouvant fonctionner sur des plages allant de deux à huit cylindres. Cela a assuré une consommation moyenne autour des 12 L/100 km pendant un essai essentiellement sur autoroute. Ses 420 ch et 460 lb-pi sont toujours livrés avec la même poigne et la constance qu’auparavant. La boîte s’acquitte de la tâche avec une plus grande douceur que le F-150, qui l’utilise également. Côté capacité de remorquage, ça oscille entre 4034 kg et 5942 kg avec cette mécanique.

Derrière le volant 

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

Le Chevrolet Silverado High Country 2022 a réussi à raffiner sa conduite grâce à des amortisseurs adaptatifs optionnels.

Sans bénéficier d’une combinaison à pont multibras à l’arrière comme le Ram 1500 ou d’une carrosserie composée d’alliage d’aluminium comme le F-150, le Silverado ne joue pas entièrement à armes égales sur le plan de la modernité. Il a cependant réussi à raffiner l’ensemble avec des amortisseurs adaptatifs optionnels. Ces derniers permettent de lisser le comportement de la camionnette, rendant la présence de ressorts à lames à l’arrière moins dérangeante. Cela dit, si l’on opte pour la livrée ZR2, cette dernière offre évidemment plus d’amplitude de mouvement au moyen d’amortisseurs Multimatic très perfectionnés, au prix d’un comportement plus bondissant. Ce Silverado isole également l’habitacle des bruits de roulement et ambiants de manière fort convaincante, permettant d’avaler les kilomètres dans une quiétude inimaginable il y a quelques années à peine. Certes, cela demeure un véhicule encombrant et son tempérament verse du côté de la camionnette, mais jamais GM ne nous aura proposé un produit aussi facile d’approche et raffiné.

Les technologies embarquées 

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

Le nouveau système d’infodivertissement du Chevrolet Silverado 2022

L’année-modèle 2022 marque aussi la transition vers un nouveau système d’infodivertissement dans lequel on navigue au moyen d’un grand écran tactile horizontal de 13,4 po fort bien incorporé à la planche de bord. Il intègre les applications Google ainsi que leurs commandes vocales dès la livrée LT, une valeur ajoutée pour les utilisateurs Android. Ceux-ci bénéficient également d’Android Auto, et les iPhone peuvent s’amarrer par l’entremise d’Apple CarPlay, les deux de manière sans fil. Dans l’ensemble, ce système constitue une belle avancée en comparaison à celui qu’il remplace. La qualité graphique est indéniable, assurant une présentation plus moderne, et les icônes sont bien disposées, rendant la navigation simple. Le tout est complété par un bloc d’instrumentation personnalisable entièrement numérique tout aussi agréable à consulter. Notons également la possibilité d’équiper ce Silverado du système de conduite semi-autonome Super Cruise, sans doute le plus compétent de sa horde.

Le verdict 

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

Le Chevrolet Silverado High Country s’est embourgeoisé pour verser de plus en plus vers le luxe.

Sur le plan strictement mécanique, cette mise à jour du Silverado ne donne pas l’impression d’être particulièrement achevée. Après tout, seul le quatre-cylindres d’entrée de gamme bénéficie d’une injection de couple dans le processus. Il faut toutefois regarder à l’intérieur pour constater à quel point la camionnette s’est embourgeoisée pour verser de plus en plus vers le luxe. Les matières employées ainsi que l’évolution stylistique de l’agencement le rendent nettement plus attrayant qu’auparavant. Bien loin de l’aspect utilitaire de ses prédécesseures, la version essayée tutoyait les 90 000 $. C’est cher, très cher même, mais le raffinement est là et Chevrolet vous rétorquera qu’il y a autant de livrées proposées que de variétés de pommes à votre verger préféré. Dans l’attente de l’arrivée de son pendant électrique, le Silverado avance des arguments fort convaincants qui rassureront les inconditionnels de la marque.

Carnet de notes 

Panneau de caisse dernier cri

Le panneau de caisse Multi-Flex optionnel assure de multiples configurations, dont une partie supérieure pouvant s’abaisse afin d’embarquer des matériaux plus longs sans abaisser le panneau au complet.

Un quatre-cylindres qui tutoie les V8

Avec 430 lb-pi de couple, le quatre-cylindres turbocompressé de 2,7 L se positionne en concurrence avec bien des V8 en regard à cette donnée. Cela dit, sa consommation estimée à 13,1 L/100 km lorsqu’il est équipé des quatre roues motrices se place très près du V8 de 5,3 L qui avance une bien meilleure capacité de remorquage.

Le diesel moins attrayant qu’avant

Le six-cylindres turbodiesel reste un excellent moteur beaucoup moins gourmand que les autres avec une moyenne estimée de 10 L/100 km, mais le prix grandissant de ce carburant rend l’option nettement moins intéressante qu’auparavant.

Le ZR2, un entre-deux

Le Silverado ZR2 s’avance comme un entre-deux entre les camionnettes de série et celles hors route de haute performance personnifiées par les Ford F-150 Raptor et RAM 1500 TRX. Malgré sa puissance moins grande, il est moins large et haut que ces derniers, un avantage en conduite hors route.

Plus de sécurité en tractant

Le Silverado peut être équipé d’un système de capteur d’angles morts qui tient compte de la remorque tractée en activant une caméra latérale lorsque le clignotant est actionné.

Fiche technique 

  • Modèle à l’essai : Chevrolet Silverado 1500 High Country
  • Moteur : V8 ACC 6,2 L
  • Puissance : 420 ch à 5600 tr/min
  • Couple : 460 lb-pi à 4100 tr/min
  • Transmission : automatique à 10 rapports avec mode manuel
  • Architecture motrice : moteur longitudinal avant, quatre roues motrices
  • Consommation (ÉnerGuide) : 14 L/100 km
  • Prix (avec options, transport et préparation) : 89 928 $
  • Concurrents : Ford F-150, GMC Sierra, Toyota Tundra et RAM 1500
  • Du nouveau en 2022 ? Mise à jour de mi-cycle