La dernière génération du Chevrolet Blazer a été accueillie plutôt froidement dans le cercle des inconditionnels du VUS. Le retour du modèle en 2018, misant sur un nom qui a bâti sa notoriété sur les kilomètres parcourus – lentement – en empruntant des sentiers peu carrossables, marquait un changement fondamental de philosophie avec son squelette monocoque et son design inspiré de la Camaro. La marque au nœud papillon veut maintenant lui donner un nouveau souffle avec une livrée entièrement électrique qui ratisse particulièrement large. En voici les grandes lignes.

Publié le 26 juillet
Charles René
Charles René La Presse

Misant toujours sur une posture de multisegment, attractivité oblige, ce nouveau venu est en quelque sorte une adaptation plus évocatrice du design de son pendant à essence. Présentant un faciès plutôt carré et des courbes sur la latérale, il expose son identité de véhicule électrique avec un empattement très long, poussant les roues pratiquement aux quatre coins du véhicule.

Trois modes de propulsion

Ce qui démarque toutefois nettement ce Blazer EV des concurrents actuellement vendus ou qui le seront incessamment, c’est sa manière de se mouvoir. Le multisegment sera autant détaillé en variante à traction qu’à propulsion ou avec un rouage intégral. Cela témoigne de la grande flexibilité de cette plateforme qui embarque l’architecture électrique Ultium de dernière génération, composée évidemment de la batterie et des moteurs ainsi que de tous les éléments connexes. Bien sûr, c’est la version à roues motrices avant qui sera la plus abordable.

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

Chevrolet Blazer EV SS

Plutôt succinct quant à l’aspect technique du Blazer, Chevrolet avance que la version LT d’entrée de gamme à traction aura une autonomie de 400 km, alors que le Blazer 2LT pourra parcourir 70 km de plus, toujours en version à deux roues motrices avant. Plus haut dans la hiérarchie, la livrée RS à propulsion pourra rouler 515 km. Cette dernière est offerte aussi en déclinaison à traction et à rouage intégral. Finalement, la livrée sportive SS aura une autonomie un peu moindre en raison de la puissance de ses deux moteurs, à 467 km.

Le Blazer SS à l’attaque du Mustang Mach-E GT

C’est cette dernière livrée qui est exposée plus en détail. Elle tentera de capter l’attention des amateurs de conduite sportive avec ses 557 ch et 648 lb-pi, des chiffres plus élevés que ceux du Ford Mach-E GT (480 ch et 634 lb-pi). Des freins Brembo assureront la puissance de freinage et le système de conduite semi-autonome Super Cruise sera intégré de série.

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

L’habitacle du Chevrolet Blazer EV SS

La mise en production du Blazer EV est prévue à l’été 2023 avec les livrées 2LT et RS vendues respectivement 59 148 $ et 63 848 $ (frais de transport inclus). Suivront ensuite la version SS (83 548 $) à la fin de l’année 2023 et la livrée 1LT (54 548 $) d’entrée de gamme au début de 2024.