(Niagara-on-the-Lake, Ontario) Depuis bientôt 40 ans, la GLi a pour mission de dynamiser l’image trop lisse de la Jetta.

Publié le 8 juin
Éric LeFrançois
Éric LeFrançois Collaboration spéciale

Une formule inspirante

Rarement auront été dévoilées autant de petites autos énervées. Oh, il ne s’agit pas de berlines prestigieuses, loin de là, mais de versions caféinées de modèles de grande diffusion. Doyenne de cette catégorie, la GLi doit aujourd’hui repousser l’assaut d’une concurrence plus vive et plus moderne tout en infusant un supplément d’âme à la Jetta.

La petite auto à fort tempérament est une tradition chez Volkswagen. Le genre s’est imposé au milieu des années 1970 avec la GTi en Europe. Il s’est propagé ensuite en Amérique du Nord avec la GTi toujours, mais aussi la GLi, conçue autour de la Jetta. Volkswagen assure la continuité depuis.

Son caractère nerveux, la GLi le dissimule sous une allure discrète, sans provocation aucune. Les connaisseurs remarqueront assurément les filets écarlates qui enchâssent certains éléments de carrosserie, le dessin des jantes ou encore la taille des pneus qui les enrobent. Seuls, sans doute, les monogrammes GLi annoncent sobrement la couleur : cette berline-là est une boule de nerfs.

  • Son caractère nerveux, la GLi le dissimule sous une allure discrète, sans provocation aucune.

    PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

    Son caractère nerveux, la GLi le dissimule sous une allure discrète, sans provocation aucune.

  • Exception faite des garnitures noires griffées de rouge, d’un revêtement spécifique pour les sièges ou du volant dont la portion inférieure se trouve aplatie, plusieurs peineront à distinguer la GLi d’une Jetta.

    PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

    Exception faite des garnitures noires griffées de rouge, d’un revêtement spécifique pour les sièges ou du volant dont la portion inférieure se trouve aplatie, plusieurs peineront à distinguer la GLi d’une Jetta.

  • Aux places arrière, les passagers apprécieront le dégagement offert tout autant que les bagages qui sommeilleront dans l’immense coffre.

    PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

    Aux places arrière, les passagers apprécieront le dégagement offert tout autant que les bagages qui sommeilleront dans l’immense coffre.

  • En presque 40 ans, la GLi a grandi de 43 cm et s’est alourdie de 574 kg.

    PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

    En presque 40 ans, la GLi a grandi de 43 cm et s’est alourdie de 574 kg.

  • Les tenants de la tradition aimeront mieux la transmission manuelle sous le (faux) prétexte que celle-ci permet au 2 L de donner sa pleine mesure.

    PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

    Les tenants de la tradition aimeront mieux la transmission manuelle sous le (faux) prétexte que celle-ci permet au 2 L de donner sa pleine mesure.

  • Il suffit, en mode Sport, de caresser la pédale d’accélérateur pour se régaler l’ouïe de son ample mélopée.

    PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

    Il suffit, en mode Sport, de caresser la pédale d’accélérateur pour se régaler l’ouïe de son ample mélopée.

  • Les touches écarlates distinguent cette Volkswagen Jetta GLi.

    PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

    Les touches écarlates distinguent cette Volkswagen Jetta GLi.

  • Sous le capot, le constructeur allemand loge toujours un 2 L poussé par un turbocompresseur qui lui permet de produire 228 ch.

    PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

    Sous le capot, le constructeur allemand loge toujours un 2 L poussé par un turbocompresseur qui lui permet de produire 228 ch.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À son bord, la GLi ne fait guère plus d’effort pour se détacher de la Jetta. Exception faite des garnitures noires griffées de rouge, d’un revêtement spécifique pour les sièges ou du volant dont la portion inférieure se trouve aplatie, plusieurs peineront à distinguer la GLi d’une Jetta. Plutôt froide (certains préféreront ici le qualificatif « classique »), la présentation manque de cohésion sans doute, mais l’amateur n’en a cure. La position de conduite lui importe davantage, tout comme l’appui (au demeurant très moyen) du baquet qu’il ou elle occupe. Aux places arrière, les passagers apprécieront le dégagement offert tout autant que les bagages qui sommeilleront dans l’immense coffre.

Il n’y a pas que le sigle qui émoustille

Sous le capot, le constructeur allemand loge toujours un 2 L poussé par un turbocompresseur qui lui permet de produire 228 ch. La sonorité à l’échappement de ce quatre-cylindres a été soigneusement travaillée par les ingénieurs acousticiens, et il suffit, en mode Sport, de caresser la pédale d’accélérateur pour se régaler l’ouïe de son ample mélopée. Cette mécanique permet, sans effort, d’abattre le 0-100 km/h en 6,5 s, pour peu qu’elle se trouve jumelée à la boîte de vitesses à double embrayage, comptant sept rapports. Les tenants de la tradition aimeront mieux la transmission manuelle sous le (faux) prétexte que celle-ci permet au 2 L de donner sa pleine mesure. À ces gens-là, il importe de souligner que l’embrayage est facile à moduler, mais que la commande demeure paresseuse et molle.

Modifiés, les trains roulants gagnent en fermeté, mais en dynamique également grâce à des amortisseurs réglables électroniquement. Hélas, la direction manque, elle, de réactivité et n’amplifie pas cette sensation de conduire une voiture faisant corps avec la route, comme c’est parfois le cas chez la concurrence (voir l’écran « La concurrence »). Ce n’est pas tout à fait le cas, mais c’est sans doute ce qui fait le charme de cette GLi. Elle exige plus d’engagements et plus de talents que ces sportives qui peuvent aller très vite même avec un chimpanzé au volant.

Bardée de béquilles électroniques, la GLi affiche un caractère moins joueur qu’autrefois.

Malgré une puissance plus que doublée et une prise en main facile, n’oublions pas qu’en presque 40 ans, la GLi a grandi de 43 cm et s’est alourdie de 574 kg. Beaucoup plus mesurée que la version d’origine et ses 90 ch, la mouture actuelle ne s’étrangle toutefois pas d’indignation si l’on adopte une conduite tranquille.

À son volant, on aime que la suspension n’impose pas de réels sacrifices en matière de confort. On apprécie le mordant et l’endurance du système de freinage emprunté à la génération précédente de la Golf R.

Loin de ses origines

Malgré ces gages d’orthodoxie, la nouvelle GLi n’évoque que d’assez loin le mythe fondateur. Très – un peu trop ? – lisse, l’accélération est redoutable (pour un moteur essence de cette cylindrée, s’entend), mais jamais brutale ni particulièrement souple. On a connu des 2 L VW plus prompts à bondir, plus linéaires, plus hargneux et, il faut le reconnaître, forcément plus assoiffés que celui-ci.

Plus remuante que véritablement fougueuse, cette GLi n’a rien de spartiate et n’entretient (hélas) aucune nostalgie à l’égard de l’époque où elle est apparue la première fois. Et, comme autrefois, la suggestive GLI permettra d’abord et avant tout de faire vendre de vertueuses Jetta.

Les frais d’hébergement liés à ce reportage ont été payés par Volkswagen Canada.

Consultez le site de Volkswagen Canada

Volkswagen Jetta GLi

Fourchette de prix

De 31 895 $ à 33 295 $

Visible dans les concessions

Maintenant

Consommation

8,3 L/100 km

On aime

Équipement complet
Agrément de conduite rehaussé
Prix et garantie attractifs

On aime moins

Commande de boîte caoutchouteuse (manuelle)
Cannibaliser au sein de sa gamme
Présentation austère

Notre verdict

Elle coche pratiquement toutes les bonnes cases, sauf celle de l’émotion.

Fiche technique

PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

Volkswagen Jetta GLi

Moteur

  • L4 DACT 2 L turbocompressé
  • Puissance : 228 ch à 6500 tr/min
  • Couple : 258 lb-pi à 4000 tr/min

Performances

  • Poids : 1484 kg (estimation)
  • Accélération (0-100 km/h) : 6,5 s
  • Garde au sol : 146 mm

Boîte de vitesses

  • De série : manuelle à 6 rapports
  • Optionnelle : automatique à 7 rapports à double embrayage
  • Mode d’entraînement : traction

Pneus

  • 225/45R18

Capacité du réservoir et essence recommandée

  • 50 L
  • Ordinaire

Dimensions

  • Empattement : 2681 mm
  • Longueur : 4747 mm
  • Hauteur : 1471 mm
  • Largeur : 1799 mm (excluant les rétroviseurs extérieurs)

Second début

PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

La Volkswagen Jetta occupe la cinquième position des compactes les plus vendues au Canada.

Celle que l’on surnommait « la Golf avec un coffre » se défend plutôt bien sur le marché canadien. Elle occupe la cinquième position des compactes les plus vendues. La refonte partielle dont elle fait l’objet cette année ne lui permettra pas de bondir aux avant-postes, mais de tenir son rang, ce qui semble correspondre aux attentes des dirigeants de Volkswagen. Des boucliers redessinés, une palette de couleurs étendue et de nouveaux accessoires résument les changements d’ordre esthétiques apportés à ce modèle.

Quand plus de puissance rime avec plus d’économies

PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

Moteur de la Volkswagen Jetta GLi

Pour découvrir la pièce de résistance de cette refonte partielle, il faut soulever le capot. Cela ne saute visiblement pas aux yeux, mais le moteur affiche une cylindrée supérieure (1,5 L au lieu de 1,4 L) à celle de son prédécesseur. Il s’agit de la même motorisation que le Taos. Entre le nouveau et l’ancien, on note une différence de 11 ch, mais le couple demeure quant à lui identique. Plus de puissance, mais aussi plus d’économies à la pompe. C’est à l’association de la boîte automatique que ce moteur se révèle le plus frugal.

L’avis des propriétaires

PHOTO FOURNIE PAR VOLKSWAGEN

Volkswagen Jetta GLi

Satisfaction complète

J’en suis à ma troisième Jetta, mais à ma première GLi 2021. Quel plaisir à conduire ! Puissance, tenue de route, freinage puissant, grande facilité à la positionner dans la circulation. Elle a actuellement 18 000 km au compteur. La consommation est raisonnable (environ 8 L/100 km avec de l’essence super). J’ai profité d’un voyage en Floride pour me faire plaisir. J’ai toujours aimé les voitures sport et ma GLi 2021 avec les nouvelles technologies me facilite la vie.

HLRC

Ah, le rouge !

Je possède une GLi depuis juin 2020 et je l’adore ! Le confort, la solidité de sa conduite (le moteur n’est pas anémique, comme vous dites quelquefois) et la capacité de chargement sont des éléments forts. Et que dire des insertions de rouge qui pimentent l’habitacle et un peu l’extérieur ! Je dois toutefois vous préciser que je suis une adepte des produits Volkswagen. J’en ai eu plusieurs, dont une GTi. On peut dire de la GLi que c’est une GTi anonyme. D’ailleurs, il faut connaître les Volkswagen pour savoir que la GLi possède la plupart des composants de la GTi et même certains de la R. Un défaut peut-être, elle est automatique... je n’ai pas réussi à avoir une manuelle. D’un autre côté, avec les problèmes de circulation dans la grande région de Montréal, je ne le regrette pas trop.

Madeleine H.

Une deuxième malgré tout

Je suis propriétaire d’une Jetta GLi 2021 à transmission manuelle. J’ai eu une GLi 2013 que j’ai bien aimée auparavant, mais un an après la fin de la garantie, je me suis résigné à la remplacer pour manque de fiabilité. Pour l’instant, que du positif à dire de cette voiture. Performance, tenue de route et économie d’essence sont au rendez-vous. Et beaucoup d’espace intérieur pour nos deux enfants. Ce n’est pas facile de trouver une voiture familiale performante avec transmission manuelle et la GLi fait partie de ces véhicules d’exception. Dommage que le volant chauffant ne soit pas offert. Pour le reste, on en profite pendant que c’est encore possible. Il reste à voir si la fiabilité sera meilleure que celle de ma précédente GLi.

Éric B.

Rien à signaler

Je suis propriétaire d’une Jetta GLi 2019 à transmission manuelle depuis presque trois ans maintenant et je suis très satisfait. Il est extrêmement difficile de trouver à ce prix une berline sportive offerte avec une transmission manuelle aussi amusante à conduire, confortable et spacieuse, bien équipée et économique en essence que la GLi. De plus, pour ceux qui sont craintifs de la mauvaise réputation en matière de qualité du constructeur, je peux vous assurer que je n’ai eu aucun problème à ce jour.

David S.

Faites part de votre expérience

La Presse publiera prochainement l’essai des véhicules suivants : Acura Integra, BMW i4, Genesis GV60, Honda HR-V, Porsche Cayman, Subaru WRX et Toyota 86. Si vous possédez l’un de ces véhicules ou en attendez la livraison, nous aimerions bien vous lire.