En raison de l’embourgeoisement progressif et surtout de l’accroissement des dimensions de la 911, certains sont d’avis qu’il revient à la 718 Cayman, plus menue, de plaire aux puristes. Avec sa configuration à moteur central, le coupé d’entrée de gamme de la marque allemande a élargi son champ d’influence avec des livrées plus expressives ces derniers temps. La version GT4 RS, dévoilée à Los Angeles la semaine dernière, en est l’expression la plus évidente.

Charles René
Charles René La Presse

La sportive prend comme matière de base le six-cylindres à plat atmosphérique de 4 L de cylindrée harnaché au centre du châssis, contrairement à la 911 GT3 qui le place en porte-à-faux arrière.

PHOTO FOURNIE PAR PORSCHE

La GT4 RS obtient divers appendices aérodynamiques.

Cette nouvelle venue témoigne de la fin inévitable d’une époque mécanique avec une configuration en voie de disparition. Sa bouillante mécanique pouvant grimper à 9000 tr/min sera cependant limitée à une seule transmission, la PDK à double embrayage, qui abaisse le 0-100 km/h à 3,4 secondes, retranchant une demi-seconde à la GT4.

PHOTO FOURNIE PAR PORSCHE

L’habitacle de la Porsche 718 Cayman GT4 RS

Légèrement plus basse qu’une 718 Cayman de série (30 mm), la GT4 RS obtient divers appendices aérodynamiques optimisés pour la mission. L’appui généré est ainsi augmenté de 30 % en comparaison à la GT4 de série. Porsche précise que les diverses améliorations apportées ainsi que le gain de puissance ont permis de retrancher 23 secondes au chrono de celle-ci sur le Nürburgring Nordschleife. Cela dit, elle demeure près de 10 secondes plus lente que la 911 GT3 en conclusion de ce même exercice.

La Porsche Cayman GT3 RS arrivera au Canada à l’été. Évidemment, à 166 000 $, elle s’adresse à un public averti, mais gageons qu’elle maintiendra, voire augmentera sa valeur en raison de l’immense symbolique qu’elle représente en plus de ses qualités intrinsèques.