Le Toyota Tundra n’a jamais réellement été un acteur majeur dans le segment des camionnettes pleine grandeur. Un certain immobilisme dans son développement a ralenti son évolution face à des adversaires qui multiplient les configurations et se modernisent à un rythme haletant. Pour assurer la désirabilité de sa troisième génération, le géant japonais s’est grandement inspiré de ses rivaux américains.

Charles René
Charles René La Presse

Lancé en 1999, le Tundra a été conçu et assemblé aux États-Unis depuis ses débuts dans le but avoué de mieux s’adapter aux désirs de la clientèle nord-américaine et, évidemment, de contourner la fameuse « Chicken Tax » américaine. Le millésime 2022 récemment dévoilé s’inscrit visuellement dans cette ligne de pensée avec son immense calandre mettant en exergue l’enseigne de l’entreprise.

PHOTO FOURNIE PAR TOYOTA

L’habitacle du Toyota Tundra 2022

L’aspect cubique prédomine inévitablement avec des éléments texturés qui amplifient l’image de robustesse. En somme, il n’y a rien de réellement révolutionnaire dans ce traitement et c’est probablement ce que Toyota recherchait. Deux formats de cabines seront offerts ainsi que trois longueurs de caisses, de 1,65 m (5 pi 5 po), 1,98 m (6 pi 5 po) et 2,47 m (8 pi 1 po).

Le Tundra sera par ailleurs le premier modèle équipé du nouveau système d’infodivertissement de Toyota, offert avec un écran tactile de 8 po ou 14 po. Doté d’un système de navigation en nuage informatique, il pourra être à jour automatiquement à distance, ce qui suggère l’obligation d’avoir une connexion internet. Un nouvel assistant vocal ainsi qu’Apple CarPlay et Android Auto sans fil font partie des fonctionnalités.

Exit le V8, bienvenue à l’hybride

La génération précédente du Tundra était une rare camionnette de sa catégorie à centrer son offre sur un seul V8 à la fin de son cycle de vie. Toyota a décidé de revoir cette stratégie en adoptant une proposition à deux V6 biturbo. Le modèle de série sera mû par un V6 de 3,5 L biturbo dont la puissance est portée à 389 ch et le couple se situe à 479 lb-pi. C’est très près du Ford F-150 en version EcoBoost faisant usage d’un moteur de même cylindrée (400 ch et 500 lb-pi). Par ailleurs, le Tundra 2022 emploiera une transmission à 10 rapports dans la combinaison, un autre élément inspiré du best-seller américain.

PHOTO FOURNIE PAR TOYOTA

Trois longueurs de caisses sont offertes : 1,65 m (5 pi 5 po), 1,98 m (6 pi 5 po) et 2,47 m (8 pi 1 po).

L’autre moteur est essentiellement une version hybride de ce dernier. Employant un moteur électrique logé dans l’antre de la boîte de vitesses, il voit sa puissance augmenter à 437 ch et son couple passer à 583 lb-pi. Ce sont, encore là, des spécifications techniques semblables à celles du moteur hybride PowerBoost du F-150 (430 ch et 570 lb-pi). Toyota s’est gardé pour le moment de dévoiler la consommation estimée, mais elle devrait logiquement se situer autour des 10 L/100 km.

Une nouvelle plateforme plus moderne

À l’instar du Ram 1500 et plus récemment du Ford F-150 Raptor, ce nouveau Tundra abandonnera les ressorts à lames arrière pour une configuration à ressorts hélicoïdaux. L’idée ici est de rendre son tempérament plus agréable et éviter le comportement souvent bondissant du train arrière quand la caisse est vide.

Il pourra de plus être outillé d’amortisseurs arrière pneumatiques pour corriger l’assiette lorsque la camionnette tracte. Toyota avance en outre que sa capacité maximale de remorquage se situera à 5440 kg, ce qui le place encore là un peu en retrait en comparaison de la concurrence américaine.

Le Toyota Tundra 2022 sera mis en vente d’ici la fin de l’année.