(New York) Le constructeur automobile Ford, en partenariat avec le développeur d’un logiciel de conduite autonome Argo AI, prévoit de lancer une flotte de taxis Lyft pouvant se diriger tout seul d’ici la fin de l’année à Miami et en 2022 à Austin.

Agence France-Presse

Pour des raisons de sécurité, un conducteur restera derrière le volant pour l’instant.  

Cette initiative reste donc en retrait par rapport au projet mené par Waymo, une filiale d’Alphabet (Google), à Phoenix en Arizona, où des clients peuvent depuis fin 2020 commander une voiture sans chauffeur pour des courts trajets.

D’autres programmes de robots taxis sont en cours d’expérimentation aux États-Unis.  

Le déploiement des véhicules développés par Ford et Argo AI à Miami et Austin doit servir de base pour des opérations de plus grande ampleur, avec l’objectif de proposer au moins 1000 voitures autonomes dans le réseau Lyft au cours des cinq prochaines années.  

« Chaque entreprise apporte dans son domaine d’expertise l’échelle, les connaissances et les capacités nécessaires pour faire du VTC autonome une réalité commerciale », a souligné le directeur général de Lyft, Logan Green, dans le communiqué.  

« Au-delà du lien avec le client que Lyft apporte, nous pourrons travailler ensemble pour définir où un service autonome profitera le plus aux communautés et nous assurer que nous déployons la technologie en toute sécurité », a relevé de son côté le patron d’Argo AI, Bryan Salesky. Argo AI compte Ford et Volkswagen parmi ses investisseurs.

Lyft avait annoncé en avril son intention de se délester de sa propre division dédiée au développement d’un système de conduite autonome en la vendant à une filiale de Toyota, Woven planet, pour 550 millions de dollars.  

L’entreprise avait ainsi suivi l’exemple de son concurrent Uber, qui a cédé sa division spécialisée dans les technologies de conduite autonome, ATG, à Aurora fin 2020.