Alors que de nombreuses rumeurs font état du retour d’un V8 sous le capot du F-150 Raptor pour affronter le RAM 1500 TRX dans une guerre contestable de puissance, Ford a plutôt choisi la voie de l’évolution, pour le moment.

Publié le 10 févr. 2021
Charles René
Charles René La Presse

La camionnette pleine grandeur, qui a fait réellement naître son sous-segment en 2009, ciblant les amateurs de hors-route extrême, s’est présentée la semaine dernière avec encore un V6 biturbo EcoBoost comme matière de base, un moteur qui devrait gagner une poignée de chevaux dans l’exercice. Ford s’est gardé de publier ses spécifications techniques, hormis, curieusement, l’autonomie (800 km). Il est couplé à une transmission automatique à 10 rapports.

De grosses bottines

Mais c’est au chapitre du design, dont les différences paraissent foncièrement modestes comparativement au modèle actuel, que la brute gagne en raffinement. Elle enfile d’abord les pneus les plus gros jamais proposés de série sur une camionnette pleine grandeur (BFGoodrich All-Terrain T/A KO2), d’un diamètre de 35 ou 37 po, selon la livrée choisie.

PHOTO FOURNIE PAR FORD

Vue de l’arrière du Ford F-150 Raptor 2021

Le gros du travail des ingénieurs a cependant été réalisé au chapitre de l’amortissement. Le Raptor se voit pourvu d’amortisseurs Fox continuellement ajustables pour rendre le comportement de la camionnette plus prévisible sur terrain accidenté. Il faut se déplacer à l’arrière pour voir l’autre évolution la plus importante, à savoir l’abandon de la suspension à lames pour une configuration multibras pour plus de stabilité.

Comme de coutume chez ces baroudeurs modernes, on peut personnaliser son comportement selon une foule de paramètres en fonction du type de terrain sur lequel on navigue. Ford a par ailleurs confirmé qu’un Raptor R est en préparation avec un V8, ce qui suggère l’utilisation du V8 de 5,2 L Predator de la Mustang Shelby GT500 (760 ch).

En vente dès l’été prochain à un prix qui n’a pas encore été dévoilé.