Découvrez les nouvelles qui ont marqué l’actualité de la dernière semaine dans le monde de l’automobile

Charles René Charles René
La Presse

Dévoilée au salon de New York en avril 2014, l’Acura TLX était à l’époque le croisement entre la TL et la TSX, une sorte de juste milieu sur les dimensions. Ce qualificatif peut également s’appliquer à son positionnement, qui n’a jamais été réellement concurrentiel chez les compactes de luxe, arrivant difficilement à se distancier de manière nette de la gamme Honda.

Il y avait son quasi-immobilisme en matière d’évolution technique, face à une concurrence qui s’affûte d’année en année. Devant ce constat, Acura cherche maintenant à rectifier le tir. La TLX 2021, deuxième génération du modèle, reposera sur une toute nouvelle plateforme, conçue spécifiquement pour le constructeur de luxe, selon ses dires.

Cela dit, l’architecture demeure à roues motrices avant, une curieuse décision permettant sans doute d’épargner de précieux dollars. On précise cependant que beaucoup d’efforts ont été investis dans l’augmentation de sa rigidité structurelle, faisant de ce châssis le plus rigide jamais construit par Acura, si l’on exclut la supervoiture NSX. La nouvelle TLX utilisera d’ailleurs un système de freinage entièrement électronique semblable à celui de la NSX, ainsi qu’une direction à ratio variable et l’amortissement ajustable. Les ingénieurs reviennent également avec une suspension avant à double triangulation pour améliorer sa tenue en virage, un ingrédient quasi essentiel dans son segment.

Sous le capot, un quatre-cylindres turbo de 2 L fait office de mécanique d’entrée de gamme avec 272 ch et 280 lb-pi de couple. Il est guidé par une boîte automatique à 10 rapports et pourra être couplé avec un rouage intégral en option.

Un V6 turbocompressé inaugure le retour de l’appellation Type S si chère aux inconditionnels de la marque, avec la transmission intégrale de série. Acura n’a pas dévoilé de données techniques sur le moteur pour le moment, mais on devrait s’attendre à un bond substantiel de puissance comparativement au V6 de 3,5 L actuellement utilisé (290 ch). En vente à l’automne.