Le constructeur Volkswagen (VW) doit rappeler 680 000 voitures aux États-Unis qui pourraient être eux aussi équipés de coussins gonflables défectueux de l'équimentier japonais Takata, a indiqué un porte-parole de la marque allemande mercredi.

Publié le 10 févr. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

La veille déjà son concurrent et compatriote Daimler avait annoncé le rappel de 705 000 berlines Mercedes-Benz et 136 000 camionnettes de marque Daimler après avoir été informé par les autorités américaines de possibles défauts sur les coussins gonflables de Takata, au coeur d'un vaste scandale.

Jusqu'à 24 millions de véhicules doivent au total être rappelés aux États-Unis en raison du risque posé par certains coussins gonflables du japonais, dont les gonfleurs explosent même en cas de collision mineure, projetant des fragments sur le conducteur ou le passager.

Dans le cas de VW ce sont des modèles sortis des usines entre 2006 et 2014 qui sont concernés, a précisé le porte-parole, surtout des Golf, des Eos et des Passat.

Audi, autre marque du groupe Volkswagen, pourrait être concerné aussi, mais «nous sommes encore en concertation avec les autorités américaines», a indiqué à l'AFP un porte-parole.

L'Agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) informe les constructeurs un par un des risques posés par le coussin gonflable défectueux, considéré comme responsable de dix décès dans le monde, dont neuf, aux États-Unis.

Pour Volkswagen l'affaire, même si elle n'est pas du fait du constructeur, arrive à un bien mauvais moment aux États-Unis, marché où a éclaté le scandale des moteurs diesel truqués, et où il a beaucoup de mal à redorer son blason.