Le plus important constructeur automobile du Japon, Toyota, a annoncé mercredi un investissement de 1 milliard $ US dans Grab, la principale société de covoiturage en Asie du Sud-Est.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Toyota a indiqué avoir conclu un accord avec Grab Holdings pour renforcer le partenariat existant afin de développer les services de mobilité dans la région.

Un membre de la direction de Toyota sera nommé au conseil d'administration de Grab et un autre officiel de Toyota sera appelé à être un dirigeant de Grab, a indiqué la compagnie.

Grab avait déjà supplanté Uber

Grab, qui est similaire à Uber aux États-Unis, est implanté dans huit pays de la région, y compris la Malaisie, Singapour, la Thaïlande et l'Indonésie.

Grab a acheté plus tôt cette année les activités d'Uber en Asie du Sud-Est. Uber a conservé une participation de 27,5 pour cent dans la nouvelle entité fusionnée.

Toyota s'était tout d'abord montrée prudente face aux technologies du covoiturage et de la conduite autonome.

Au cours des dernières années, le constructeur de la berline Camry, de la Prius hybride et des modèles de luxe Lexus tente agressivement de rattraper son retard, en signant des contrats avec des partenaires du monde entier.

Grab, basée à Singapour, a récemment attiré des investissements de SoftBank, une société japonaise de technologie et de télécommunications, et de Didi Chuxing, une société chinoise de covoiturage et de conduite autonome.

Au Japon, où Uber a essayé de se développer, le covoiturage est confronté à la résistance des puissantes compagnies de taxi, en particulier dans les zones urbaines comme Tokyo. Toyota fournit la majeure partie des véhicules utilisés par ces compagnies de taxi.

Des clients de Grab attendent une voiture à Kuala Lumpur, en Malaisie. Photo AP