Bonne nouvelle pour ceux qui souhaitent vendre leur voiture. La valeur moyenne des véhicules légers âgés de sept ans a augmenté sur le marché canadien au cours des deux dernières années.

Publié le 17 déc. 2013
Sébastien Templier LA PRESSE

Les véhicules se déprécient moins depuis 2011. Sept ans après leur mise en marché, les voitures ont une valeur moyenne équivalant à - presque - 24% de leur prix de détail initial. Les camions légers (VUS, multisegments et camionnettes) valent encore près de 22% de leur prix initial après sept ans.

Calculées par le cabinet d'analyses DesRosiers Automotive - à partir des données du Canadian Black Book -, ces proportions en date de janvier dernier sont les plus élevées depuis cinq ans. Si les deux dernières récessions ont fait baisser la valeur marchande des voitures sur le marché de l'occasion, la tendance est tout de même à la hausse pour celle-ci depuis 2008.

«L'augmentation de la valeur marchande moyenne est due à plusieurs facteurs touchant le marché de l'occasion, explique l'analyste Martin Stanczak. Les ventes records de véhicules neufs indiquent une demande accrue pour le transport, ce qui implique que la demande pour des véhicules d'occasion est également robuste. Beaucoup de gens à faibles revenus participent à cette demande de transport, mais ils cherchent des véhicules moins chers, ce qui les force à se tourner vers le marché de l'occasion.»

La valeur marchande de tous les véhicules de sept ans correspondait en moyenne en 2008 à 19,5% de leur prix initial. Cette année, elle correspond à 22%.

Martin Stanczak avance d'autres explications à ces dernières proportions. «L'accroissement d'offres de financement des véhicules d'occasion peut jouer un rôle. Il peut également manquer de véhicules sur ce marché. La baisse du dollar canadien limite aussi les importations de véhicules d'occasion en provenance des États-Unis. Et enfin, la diminution du nombre de véhicules loués a fait baisser le nombre de ces véhicules offerts ensuite sur le marché de l'occasion.»

Des différences marquées

D'une marque à l'autre, la dépréciation diffère. Elle est moindre pour les modèles Mini, Toyota et Honda. Et d'une catégorie de véhicules à l'autre, il y a des différences marquées. Les VUS compacts et les voitures sport perdent le moins de valeur après sept ans, conservant respectivement 23,8% et 26,4% de leur prix initial. A contrario, les berlines intermédiaires et les voitures de luxe ne valent plus que 16,9% et 16,1% de leur prix initial en moyenne après sept ans.

«Actuellement, la tendance au Canada en matière de financement d'un véhicule est de privilégier de longues périodes d'amortissement. Nous nous sommes donc intéressés aux valeurs des voitures à long terme», affirme M. Stanczak pour justifier le choix de se pencher sur cet horizon de sept ans.

22%

Après sept ans, les véhicules valent 22 % de leur prix initial.