Sun Country Highway, distributeur de bornes de recharge pour véhicules électriques, a dorénavant pignon sur rue au Québec. L'entreprise ontarienne ambitionne d'y étendre son réseau de clients.

Sébastien Templier LA PRESSE

Sun Country Highway aurait déjà installé quelques bornes de recharge de niveau II (240 volts) au Québec près de commerces acceptant d'offrir la recharge gratuite à leurs clients. C'est en vantant auprès de restaurants et hôtels le potentiel d'achalandage que peuvent représenter les automobilistes branchés que cette entreprise croit pouvoir écouler les bornes du californien ClipperCreek, son fournisseur.

Sun Country Highway affirme avoir déployé au Canada un réseau de 200 bornes de niveau II en autant de lieux, d'un océan à l'autre. Il entend dorénavant accroître ce nombre en installant une filiale québécoise à... Shawinigan. Baptisée Éco Route Québec, cette antenne provinciale a choisi la cité de l'énergie essentiellement en raison de sa position géographique centrale.

«Notre modèle d'affaires et notre réseau de bornes sont différents de ceux du Circuit électrique d'Hydro-Québec et d'AddÉnergie. On vend une borne de 90 ampères à 2000 $», affirme Stéphane Daoust, directeur régional au Québec de Sun Country Highway.

La concurrence, incarnée justement par le Circuit électrique - premier réseau public de recharge - et AddÉnergie - unique fabricant de bornes au Québec -, n'a jamais caché son scepticisme devant ce principe de gratuité de la recharge. Doutant ainsi de la viabilité d'un tel projet.

Est-ce pour faire face à toute éventualité que l'entreprise ontarienne et sa filiale québécoise souhaitent également distribuer au Canada les véhicules modifiés de Via Motors?

«C'est pour travailler sur un autre modèle de développement. La clientèle des véhicules sera les municipalités, les entreprises de construction, les entreprises de livraison, ce pourront être des véhicules qui serviront de navettes également», explique M. Daoust.

Via Motors a obtenu le feu vert de GM pour équiper des Chevrolet Silverado, Chevrolet Suburban et GMC Savana d'une motorisation hybride à autonomie prolongée. Aucun de ces véhicules n'a encore été vendu au pays par Sun Country Highway.

Les grandes lignes du projet de l'entreprise ontarienne demeurent indéterminées. Va-t-elle convertir elle-même les véhicules destinés au marché canadien? Ces véhicules vont-ils être homologués rapidement? Où et quand va-t-elle acquérir une usine pour cela?

Ces questions font l'objet d'évaluations, répond Stéphane Daoust.

À 80 000 $, le pick-up Chevrolet modifié semble, quoi qu'il en soit, coûter cher. «Ce n'est pas trop cher, estime Stéphane Daoust. On s'adresse à une clientèle qui aura l'option de la location, on s'adresse à des entreprises qui font plus de 20 000 km par année.»