Six constructeurs de camions ont fait rouler des camions-remorques autonomes en pelotons sur les routes d'Europe et leur ont fait parcourir des milliers de kilomètres presque sans intervention humaine.

Denis Arcand LA PRESSE

L'Allemand Daimler, le Suédois Volvo Trucks, l'Allemand MAN, l'Italien Iveco, le Suédois Scania (filiale de Volkswagen) et DAF (filiale hollandaise de l'Américaine Paccar, qui a une usine à Sainte-Thérèse) ont collaboré entre elles et avec des instituts gouvernementaux dans ce  projet. Les six compagnies participaient au concours Truck Platooning Challenge de l'Union européenneorganisé par le ministère de l'Environnement et des infrastructures des Pays-Bas.

Partis de divers points en Europe, les 15 camions ont convergé en paires ou en trios vers les Pays-Bas, où ils ont roulé en un long convoi entièrement automatisé jusqu'à leur destination au port d'Amsterdam.

C'est le peloton de Scania qui a parcouru la plus longue distance - plus de 3 200 kilomètres - en roulant dans quatre pays différents.

Moins d'accidents, moins de pollution

« Le déplacement des camions en peloton innove en matière de mobilité des poids lourds et offre un grand nombre d'avantages en terme de sécurité, de fluidité du trafic et d'efficacité. Ce mode de déplacement réduit également la consommation de carburant et les émissions de CO2 », ont déclaré les organisateurs du défi.

Daimler, pour sa part, a fait rouler son convoi de trois camions-remorques autonomes entre son siège social à Stuttgart et Rotterdam, aux Pays-Bas, une distance de 600 km.

L'expression « peloton », empruntée au cyclisme, est la désignation de cette technique de conduite autonome encouragée par l'Union européenne pour réduire la congestion, les émissions de CO2 et le nombre d'accidents de la route causés par des erreurs humaines.

Les poids lourds étaient reliés par WiFi et circulaient avec un écart variant entre 10 m et 15 m, selon les marques.

Carte : ministère de l'Environnement et des Infrastructures des Pays-Bas

Comme au Tour de France

Ce court écart permet aux deuxième et troisième camions de rouler avec moins d'effort derrière le meneur, qui fend l'air devant (comme dans une compétition de cyclisme). Cela représente une économie de carburant de 10 %.

Les camions-remorques de Daimler étaient étaient entièrement contrôlés par le système Connected Highway Pilot de Daimler, le même qui avait fait sensation l'an dernier lors de sa première démonstration hors d'Europe, au barrage Hoover, près de Boulder City, à la frontière entre l'Arizona et le Nevada.

Le système Connected Highway Pilot permet un si petit écart entre les camions parce que le freinage du premier camion est imité 0,1 seconde après par ceux qui suivent, 1,3 seconde plus vite que le temps de réaction du chauffeur de camion moyen.

Les convois de camions autonomes sont considérés en Europe comme une priorité. Ils amélioreront la sécurité, mais la vie de camionneur ne s'en trouvera pas plus palpitante. Les convois se formeront spontanément sur les autoroutes et, une fois la conduite en peloton enclenchée, les chauffeurs deviendront des surveillants de camions durant l'essentiel des trajets.

Ils ne reprendront les commandes qu'au moment de quitter l'autoroute, en route vers leur destination finale.

Et regardez la vidéo qui suit. Ils vont trouver le temps long.

Garde les yeux sur la route et ote tes mains du volant. Photo tirée d'un vidéo de Daimler.