La nouvelle Corvette C7 est sans l'ombre d'un doute une meilleure voiture que sa prédécesseure. Plus sophistiquée sur pratiquement tous les points, elle intègre notamment une transmission manuelle à sept rapports et une nouvelle mécanique, un V8 à injection directe. Seule ombre au tableau : la transmission automatique, bien conventionnelle avec ses six rapports.

Publié le 20 déc. 2013
Charles René LA PRESSE

General Motors voudrait réellement donner à cette Corvette les moyens de ses ambitions, surtout lorsqu'on l'oppose à de féroces rivales d'outre-Atlantique, toutes équipées de boîtes particulièrement perfectionnées. Le constructeur privilégierait l'avenue de l'automatique, mais avec un plus grand nombre de rapports - huit, pour être plus précis. Une note technique publiée par le constructeur sur le site web de la Society of Automotive Engineers confirme l'intention.

Cette boîte permettra d'augmenter la vélocité de la bagnole en accélération, grâce à des rapports de démultiplication des premières vitesses plus élevés. Les derniers rapports serviront à favoriser l'économie d'essence, en abaissant le régime du moteur à vitesse de croisière.

GM soutient dans le document que cette boîte pourrait encaisser jusqu'à 738 lb-pi de couple, une caractéristique qui pourrait évidemment faire penser à une application dans la prochaine Corvette Z06. Cette version, qui sera présentée au prochain Salon de l'auto de Detroit, en janvier, s'annonce comme l'ultime Corvette de piste. Des rumeurs font état de l'abandon du LS7, le V8 de 7 litres de l'ancienne génération (505 chevaux), pour accueillir un tout nouveau moteur, qui pourrait être turbocompressé. Le moteur du prototype Cadillac Elmiraj, un V8 de 4,5 litres biturbo, pourrait bien être retenu et poussé au-dessus des 500 chevaux affichés.