La BMW i3 est une voiture remarquable, mais on ne peut pas dire que tous ceux qui la remarquent la trouvent à leur goût. Et malgré son moteur électrique et sa carrosserie en fibre de carbone, on ne peut pas dire que c'est un succès commercial.

LA PRESSE

On le voit bien avec les ventes canadiennes et américaines combinées. Après une bonne année en 2015, avec 11 000 ventes, l'effet de nouveauté s'est essoufflé et les ventes annuelles ont baissé de moitié depuis. Lancée en 2014 à  44 950 $ au Canada, l'i3 en version de base coûte maintenant 51 552 $. C'est beaucoup.

Le mensuel allemand Manager Magazin rapporte que BMW envisage un modèle qui succéderait à l'i3 avec une ligne plus conventionnelle et un prix plus raisonnable.

Le magazine économique basé à Hambourg affirme que le patron du développement chez BMW a laissé entendre lors d'une entrevue que ce nouveau modèle --appelé i2-- pourrait être lancé en 2024. 

La principale différence se verra dans la composition de la carrosserie : il n'y aurait pas de fibre de carbone.

BMW a investi avec le japonais Toray pour abaisser le coût de production de ce matériau ultra-léger, mais on ne sait pas quand les nouveaux procédés seront au point. Concevoir un nouveau modèle prend environ 4 ans et l'avenir prévisible ne permet pas à BMW d'envisager autre chose que l'acier ou l'aluminium pour la carrosserie de l'i2. 

La BMW i3 est un fantasme de designer. Elle a été applaudie par certains et s'est crée un clientèle enthousiaste, mais petite.

Sa ligne controversée n'a probablement pas aidé ses ventes, quoi que le prix était trop élevé pour un grand succès commercial.

L'i2 visera probablement la même clientèle que le Modèle 3 de Tesla et elle aura sûrement la silhouette moins haute et plus traditionnelle d'une berline ou une voiture à hayon.

Pour pratiquer un peu votre allemand et lire l'article de Manager Magazin, cliquez ici.

Ventes de la BMW i3 au Canada et aux États-Unis

Année   Ventes 

2014 6092

2015 11 024

2016 7625

2017 6276

2018 6120

2019   605