Normalement, les psychopathes qui sont responsables du déferlement annuel de publicités de Noël se gardent une petite gêne et attendent le lendemain de l'Halloween pour vendre leurs bébelles en faisant jouer Ô sainte nuit.

LA PRESSE

» Un billet de Denis Arcand à lire sur l'Autoblogue