Le sujet est récurrent et estival mais pertinent. Surtout que certains commettent toujours des gestes surprenants à ce sujet. Si le vol de véhicules et de ce qu'ils contiennent ne disparaîtra pas de sitôt de notre quotidien, il continue tout de même de diminuer. Encourageant à condition que chacun y mette du sien.

Mis à jour le 6 août 2015
Sébastien Templier LA PRESSE

Les derniers chiffres de Statistique Canada font état d'un recul de 14,73% du taux (par 100 000 habitants) de vol de véhicules au Québec en 2014 comparativement à l'année précédente. Le taux de vol de biens dans les véhicules a quant à lui baissé de 16,75% entre 2013 et 2014.

Ces baisses sont continuelles et très importantes ces dernières années au Québec. Pour les véhicules, le taux de vol a chuté de 64,31% entre 2004 et 2014; pour les biens à bord, de 45,38% sur la même période.

Ces statistiques incluent tous les véhicules motorisés (autos, motos et camions) rapportés volés auprès des services de police et non auprès des assureurs. Une précision importante car, mine de rien, bien des gens n'assurent pas leur véhicule contre le vol. Chez Intact Assurance par exemple, on observe que trois voitures sur dix ne sont pas assurées contre le vol. Une proportion étonnante.

Ce genre de comportement se manifeste également dans la rue et dans les stationnements. Sans en connaître l'ampleur, policiers et assureurs déplorent encore que des automobilistes ne ferment pas leurs vitres ni ne verrouillent leurs portières. Ou bien trouvent le moyen de laisser leur voiture en marche sans surveillance. Et on ne parle pas de ceux qui laissent des objets de valeur sur la banquette arrière...

Au-delà du fait qu'il y a des marques et des modèles de véhicules plus à même d'être volés, la négligence du propriétaire aide les «voleurs opportunistes», ceux qui agissent spontanément à la vue du véhicule ou de son contenu.

Si ces vols ont considérablement diminué depuis 10 ans partout dans la province, c'est en bonne partie dû à l'éducation et à la prévention. Sans compter que la technologie a sérieusement compliqué la tâche des voleurs. «La clé à puce introduite dans la plupart des nouveaux véhicules de moins de 10 ans a donné un coup de main important», illustre Alexandre Royer, responsable marketing et distribution stratégique chez Intact Assurance.

La géolocalisation d'une voiture volée semble freiner également les ardeurs de voleurs ou permet au moins de récupérer le véhicule. En matière de repérage, on peut aujourd'hui tracer non seulement la voiture mais aussi ses pièces. Des transpondeurs miniaturisés fixés sur les pièces permettent d'identifier à distance celles-ci. Même démantelée, une voiture est ainsi repérée aux quatre coins du pays ou du monde.

Suffisant pour stopper les voleurs? Presque.