Illustration des progrès réalisés par l'industrie automobile en matière de consommation d'essence ces 10 dernières années, la consommation moyenne des véhicules neufs vendus aux États-Unis en janvier s'est encore améliorée.

Sébastien Templier LA PRESSE

«Encore», car la tendance est à la baisse si l'on en croit les moyennes mensuelles calculées et publiées depuis octobre 2007 par l'Institut de recherche sur les transports de l'Université du Michigan.

Selon les travaux de l'équipe des professeurs Michael Sivak et Brandon Schoettle, la consommation d'essence des véhicules neufs vendus aux États-Unis en janvier a atteint un record de 9,8 L/100 km. C'est beaucoup? N'oublions pas qu'il s'agit d'une moyenne de l'ensemble des véhicules vendus tous types confondus, soit des voitures, camions légers, VUS, multisegments et minifourgonnettes réunis.

Cette moyenne de janvier dernier est inférieure aux 10,2 L/100 km d'il y a tout juste un an, aux 10,7 L/100 km de janvier 2011, ou encore aux 11,7 L/100 km de janvier 2008.

C'est même une amélioration de 22% par rapport à octobre 2007, lorsque ces mesures ont été faites pour la première fois par les chercheurs Michael Sivak et Brandon Schoettle.

«Il ne faut pas s'attarder sur les variations d'un mois à l'autre que l'on peut observer, mais sur la tendance sur le long terme. L'amélioration récente correspond à l'automne dernier, depuis que la majorité des véhicules neufs vendus sont des modèles 2013. Cela signifie donc que les modèles 2013 affichent une meilleure consommation d'essence (que les modèles précédents)», précise Michael Sivak, qui est également directeur du programme Transport durable dans le monde.

Selon lui, cette tendance à la baisse de la consommation moyenne reflète à la fois «l'amélioration des véhicules offerts par les constructeurs et un certain changement dans les préférences des consommateurs pour des véhicules économes».

Et il n'y a pas de raison pour que cette amélioration ne se poursuive pas.

On notera au passage que ces chercheurs de l'Université du Michigan ont calculé que la quantité d'émissions de gaz à effet de serre d'un conducteur américain d'un nouveau véhicule avait baissé de 18% depuis octobre 2007.