Premier constat, les hommes sont moins respectueux du code de la route que les femmes, à moins qu'ils ne se fassent prendre plus facilement.

Ludovic Hirtzmann COLLABORATION SPéCIALE

Premier constat, les hommes sont moins respectueux du code de la route que les femmes, à moins qu'ils ne se fassent prendre plus facilement.

Selon des données compilées par la société de l'assurance automobile du Québec dans une étude sur les Infractions et les sanctions reliées à la conduite d'un véhicule routier, les mâles québécois constituent 53,5% des conducteurs pour la période 1996 à 2005, mais s'accaparent plus de 74,7% des contraventions.

Lorsqu'il s'agit d'infractions au code criminel, c'est encore pire, puisque les hommes représentent plus de 88% des contrevenants.

Les jeunes de 16 à 24 ans sont particulièrement mauvais élèves puisque, bien que ne représentant que 11% des titulaires de permis, ils constituent 21% des contrevenants.

La palme du respect du code de la route revient aux plus de 65 ans. Toutes choses bien difficiles à mesurer cependant puisque les mesures ne tiennent pas compte du temps passé sur la route ni des kilomètres parcourus.

Selon la direction des études et des stratégies en sécurité routière de la SAAQ, «la majorité des infractions entraînant l'inscription de points d'inaptitude concernent l'excès de vitesse (72%), l'omission de se conformer à un panneau d'arrêt (12%), l'omission de porter la ceinture de sécurité (7%) et l'omission de se conformer à un feu rouge (6%)».

D'une région à l'autre

Tous ces chiffres cachent beaucoup de disparités. La conduite est très différente d'une région à l'autre du Québec.

Si les Montréalais grillent fréquemment les feux rouges, en région et à Québec, les automobilistes sont très respectueux à ce chapitre. Alors qu'en Gaspésie ou dans le Nord-du-Québec, les conducteurs apparaissent plus soucieux de respecter le code de la sécurité routière que dans les autres régions, il n'en va pas de même lorsqu'il s'agit du code criminel où les résultats sont les plus mauvais de la province.

Bonne nouvelle cependant, toutes régions confondues, au cours des 10 dernières années, le nombre d'infractions au code criminel a diminué de moitié.

La très grande majorité des sanctions au criminel sont dues à une consommation excessive d'alcool. Il est en revanche bien difficile de savoir si le nombre de contraventions au code de la sécurité routière se maintient ou augmente.

Ainsi, en 2000 et en 2005, les policiers de la Sûreté du Québec, avaient décidé de ranger leurs carnets de contraventions pour faire pression sur le gouvernement.

Le nombre de contraventions avait chuté de 662 000 en 1999 à 563 000 en 2000, avant de remonter à 822 000 l'année suivante et de s'effondrer à 608 000 en 2005.

Parmi les statistiques pour le moins étonnantes, on note qu'en 2005, il y avait toutes proportions gardées 748 fois plus de jeunes de 16 à 19 ans qui commettaient une infraction au code criminel que de personnes de plus de 75 ans.

Vive les vieux conducteurs!