L'homme accusé d'avoir harcelé Shania Twain a subitement décidé de plaider coupable à deux chefs d'accusation.

Nick Patch LA PRESSE CANADIENNE

Après une matinée consacrée au contre-interrogatoire de la chanteuse, vendredi, l'avocat de Giovanni (John) Palumbo a déclaré au juge que son client souhaitait changer son plaidoyer.

L'homme, un ancien docteur d'Ottawa, était accusé de non-respect d'une ordonnance de la cour et de deux chefs de harcèlement criminel.

Vendredi, Shania Twain a affirmé qu'elle éprouvait de la compassion pour Palumbo, mais qu'elle demeurait préoccupée par sa sécurité.

Pendant le contre-interrogatoire, l'avocat de la défense, Gary Barnes, a plaidé que Palumbo - qui aurait envoyé une série de lettres personnelles à la chanteuse en plus de se présenter au chalet de sa famille et aux funérailles de sa grand-mère - n'avait simplement pas réalisé que Shania Twain n'était pas intéressée.

«Il s'agit en grande partie d'un malentendu entre deux personnes. Ils ont simplement des impressions faussées l'un de l'autre», avait affirmé Me Barnes.

Shania Twain ne voyait pas du tout les choses de la même façon. Elle dit avoir tenté de faire preuve d'empathie envers l'homme.

«Non, je ne suis pas en accord avec cela», a indiqué la chanteuse, qui témoignait par vidéoconférence depuis l'Europe. Shania Twain a déclaré qu'elle n'avait rien entendu depuis le début du procès qui puisse la rassurer.

«Je ressens toujours de la peur et de l'angoisse que M. Palumbo tente de me contacter dans le futur. Je veux que cela cesse. Et à ma connaissance, c'est la seule façon d'y arriver.»