Charlie Sheen n'aura pas la publicité qu'il espérait pour la poursuite de 100 millions de dollars qu'il a intentée en raison de son congédiement de la télésérie Two and a Half Men.

Anthony McCartney ASSOCIATED PRESS

Le juge Allan Goodman de la Cour supérieure de Los Angeles a en effet statué mercredi que la cause devait plutôt être réglée par arbitrage privé que devant un tribunal.

Dans son jugement de 21 pages, le magistrat a fait valoir que le contrat de l'acteur avec Warner Bros. Television comprenait une clause d'arbitrage qui était toujours valide.

La décision s'applique également aux allégations de Charlie Sheen contre le producteur délégué de Two and a Half Men, Chuck Lorre, dont le contrat avec la chaîne comporte une clause semblable.

Cela devrait couper court au cirque médiatique entourant les procédures judiciaires entamées par le comédien le 10 mars, soit quelques jours après avoir été mis à la porte de la populaire série télévisée en raison de son comportement erratique et de ses critiques virulentes à l'endroit de M. Lorre.

Charlie Sheen avait demandé à ce que le procès soit public et présenté ses arguments en cour en avril.

Mais le juge Goodman a déclaré mercredi que la vedette avait été représentée par des avocats compétents lors de la signature de son contrat qui exige que tout différend fasse l'objet d'un arbitrage privé.

Le rôle que tenait l'acteur dans Two and a Half Men a été éliminé et remplacé par un nouveau qui sera défendu par Ashton Kutcher.