Noémie Leduc-Vaudry s’est présentée aux auditions de C’est comme ça que je t’aime sans grand espoir de réussite en 2019. Parce qu’elle est d’origine asiatique, la comédienne croyait qu’elle n’avait aucune chance de décrocher le rôle de Mireille, la secrétaire aigrie de Robert Bourassa. « Je savais qu’avec mon casting, au Québec, je n’allais probablement jamais faire des trucs d’époque, déclare-t-elle en entrevue. Je trouvais ça plate, mais bon… »

Publié le 28 février
Marc-André Lemieux
Marc-André Lemieux La Presse

Noémie Leduc-Vaudry a néanmoins accepté l’invitation des directrices de casting Brigitte Viau et Isabelle Thez-Axelrad avec l’objectif de donner tout ce qu’elle avait à donner. « J’ai été adoptée par deux Québécois. Mon père vient du Lac-Saint-Jean. Je suis québécoise ! », lance-t-elle en riant.

L’actrice de 30 ans se rappelle la vague d’émotions qu’elle a ressenties en apprenant qu’elle avait été retenue.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Noémie Leduc-Vaudry

J’étais surprise et heureuse, mais j’étais surtout reconnaissante. Reconnaissante qu’on m’ait donné une chance. Parce qu’il n’y avait sûrement pas beaucoup de Chinois à Sainte-Foy au milieu des années 1970 !

Noémie Leduc-Vaudry

Trois ans plus tard, Noémie peine encore à croire qu’elle apparaît au générique de C’est comme ça que je t’aime, dont les six premiers épisodes de l’exaltante deuxième saison atterrissent sur ICI Tou.tv Extra jeudi. Les 10 nouveaux épisodes nous replongent dans l’univers tragicomique des banlieusards de Québec Huguette (Marilyn Castonguay), Gaétan (François Létourneau), Micheline (Karine Gonthier-Hyndman) et Serge (Patrice Robitaille), qui reprennent leurs activités criminelles laissées en plan durant l’année scolaire.

Noémie Leduc-Vaudry profite d’un temps de glace plus élevé dans cette suite réalisée par Jean-François Rivard et Robin Aubert. Et d’autres « nouveaux visages » viennent la rejoindre, à commencer par Anne-Marie Binette et Gabriel Cloutier Tremblay. La première campe Marie-Ange Doucet, une femme au foyer qui demande l’aide d’Huguette pour s’émanciper ; le second défend Stevie, un disciple de Grazia (Charlotte Le Bon), la marraine du crime organisé montréalais.

En conversation Zoom de groupe, Anne-Marie et Gabriel réagissent aux propos de Noémie en encourageant les producteurs à prendre davantage de risques, en embauchant des acteurs qui n’ont pas nécessairement tenu la vedette de mille et une séries, ou encore en célébrant la diversité à tous points de vue.

« C’est important de déconstruire nos biais cognitifs pour qu’il y ait moins d’âgisme, plus de diversité corporelle, plus de diversité sexuelle. Comme acteur, quand tu passes une audition, c’est le fun de croire que tu peux tout jouer », dit Gabriel Cloutier Tremblay.

« Il y a tellement de talent au Québec, lance Anne-Marie Binette. Il y a des gens qui n’attendent que ça. Il faut juste leur laisser la chance. »

Sentiment de fierté

Les trois comédiens sont extrêmement fiers d’avoir participé à C’est comme ça que je t’aime. Sur l’écran d’ordinateur, leur sourire dénote leur enthousiasme.

« J’aime tout, tout, tout ce que fait François Létourneau avec Jean-François Rivard, affirme Anne-Marie Binette. J’ai tout vu ! C’est une des raisons pour lesquelles je fais ce métier. J’ai adoré Les invincibles. Cette façon d’écrire, cette façon de jouer… Ça m’appelle beaucoup. »

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Anne-Marie Binette

Je n’ai pas joué des tonnes de rôles à la télé depuis que je suis sortie du Conservatoire [d’art dramatique de Montréal] en 2013. Le parcours pour y arriver a été long. Mais si ça a pris tout ce temps pour avoir ce rôle, dans cette série, avec cette équipe, ça aura valu la peine.

Anne-Marie Binette

Produite par Casablanca (5e rang, Les rescapés), la deuxième saison de C’est comme ça que je t’aime a bénéficié d’un budget supérieur à la somme moyenne accordée aux fictions québécoises, soit 546 000 $ par épisode.

Grand amateur de Série noire, Gabriel Cloutier Tremblay parle d’une expérience de tournage précieuse, vécue l’été dernier.

« Quand je suis arrivé sur C’est comme ça que je t’aime, j’ai été vraiment heureux de sentir un esprit de famille, comme au théâtre, continue le comédien. Je sentais que tout le monde croyait au projet. Ça crée de meilleures conditions de travail pour jouer, pour offrir une performance de qualité. »

PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL

Gabriel Cloutier Tremblay

Quand tu essaies de bien faire ta job dans des délais pas possibles, quand on dit qu’on fait juste une prise et qu’on va filmer les répétitions au cas où, ce n’est pas l’idéal. Avoir un couteau sur la gorge, ce n’est pas agréable.

Gabriel Cloutier Tremblay

Même son de cloche chez Anne-Marie Binette, qui a trouvé l’aventure « rafraîchissante ».

« C’est une des premières fois où j’avais un costume à la télé et qu’on ne me disait pas : “Tu t’apporteras une belle paire de jeans avec un soulier propre.” C’est la première fois qu’une maquilleuse me demandait comment je voyais mon personnage, qu’elle avait le temps qu’on s’en parle. J’ai vraiment senti l’artiste derrière chaque personne qui travaillait là-dessus. »

Un projet qui compte

Bien qu’ils n’aient pas encore visionné la deuxième saison de C’est comme ça que je t’aime, Noémie, Gabriel et Anne-Marie sont persuadés qu’elle répondra aux attentes des mordus.

« C’est leur projet le plus abouti, croit Noémie Leduc-Vaudry. C’est celui qui m’a fait le plus rire, personnellement. C’est un dosage parfait de comédie, de drame et d’ironie. La direction artistique est incroyable. Le maquillage, les costumes, les coiffures… C’est magique. »

Amoureux des années 1970 malgré son jeune âge (34 ans), Gabriel Cloutier Tremblay lance en riant qu’il aurait été prêt à payer pour voir son nom apparaître au générique du feuilleton.

« Faire des projets pour faire des projets, c’est une chose. Parce qu’on veut gagner notre vie, on veut payer nos affaires, on veut survivre. Mais faire des projets qui comptent réellement, qu’on défend avec conviction, c’est tellement précieux. C’est pour ça qu’on fait notre métier. »

ICI Tou.tv Extra relaie la deuxième saison de C’est comme ça que je t’aime. Les six premiers épisodes débarqueront jeudi. Les quatre suivants seront offerts à partir du 10 mars.

Leurs rôles

Noémie Leduc-Vaudry

Personnage : Mireille

PHOTO BERTRAND CALMEAU, FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Noémie Leduc-Vaudry (Mireille)

« C’est la secrétaire du premier ministre du Québec. C’est une personne un peu amère, parce qu’elle est blessée. Dans la saison 2, elle s’adoucit. Elle montre une autre facette d’elle… »

Projets : au printemps, Noémie tournera dans la suite de Cerebrum, thriller psychologique de l’auteur Richard Blaimert qui met en vedette Christine Beaulieu.

Anne-Marie Binette

Personnage : Marie-Ange Doucet

PHOTO BERTRAND CALMEAU, FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Anne-Marie Binette (Marie-Ange Doucet)

« C’est une femme au foyer très malheureuse. Elle veut s’émanciper, mais elle n’a aucune idée comment. Elle recourt aux services d’Huguette… et ça l’amène dans une toute nouvelle vie ! »

Projets : Anne-Marie foulera les planches du théâtre La Licorne à Montréal du 19 avril au 13 mai dans Vermine radieuse, dans une mise en scène de David Strasbourg et aux côtés de Michel-Maxime Legault et de Sylvie Moreau.

Gabriel Cloutier Tremblay

Personnage : Stevie

PHOTO BERTRAND CALMEAU, FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Gabriel Cloutier Tremblay (Stevie)

« Il vient en duo avec Tommy [Mikhaïl Ahooja]. Ils sont les bras droits de Grazia [Charlotte Le Bon], la leader d’une organisation criminelle de Montréal. Ils ont du swag, mais quand ils essaient d’impressionner la gang de Sainte-Foy, on réalise qu’ils n’ont pas beaucoup d’expérience. »

Projets : du 8 mars au 2 avril, Gabriel jouera dans Les murailles à La Licorne à Montréal. Il signe la mise en scène de Disgrâce de Nadia Girard Eddahia, qui sera présentée du 19 avril au 7 mai au théâtre Premier Acte à Québec.