La violence faite aux femmes, l’attentat de la mosquée de Québec et l’esclavage font partie des thèmes abordés par quelques-uns des documentaires diffusés en ce début d’hiver. Coup d’œil sur six productions.

Publié le 8 janvier
Alexandre Vigneault
Alexandre Vigneault La Presse

Je croyais en toi

L’entraîneur Bertrand Charest a été reconnu coupable d’agressions sexuelles et d’abus de confiance à l’endroit de neuf skieuses âgées de 12 à 19 ans au mois de juin 2017 pour des crimes remontant aux années 1990. Geneviève Simard est l’une d’elles. C’est à travers elle que la réalisatrice Sophie Lambert cherche à comprendre comment la nécessaire relation de confiance entre un athlète et son entraîneur peut virer à l’abus et comment une personne en position d’autorité, à qui les familles font confiance pour guider leurs jeunes sportifs, peut profiter de la situation et se transformer en prédateur.

Sur ICI Télé, dans le cadre de Doc Humanité, le 22 janvier à 22 h 30

Un Québec toujours fou de ses enfants ?

IMAGE TIRÉE DU DOCUMENTAIRE UN QUÉBEC TOUJOURS FOU DE SES ENFANTS ?

Le documentaire Un Québec toujours fou de ses enfants ?

Trois décennies après le rapport Un Québec fou de ses enfants, le président du groupe de travail qui l’a réalisé, Camil Bouchard, et d’autres experts font le bilan. En six épisodes de 30 minutes, la série s’interroge sur l’héritage de ce rapport, ses réussites et ses échecs. Le premier épisode est diffusé lors de la Journée internationale de l’éducation.

Sur Savoir Média, dès le 24 janvier à 20 h

Femme, je te tue

PHOTO EVE B.LAVOIE, FOURNIE PAR BELL MÉDIA

Ingrid Falaise et Sarah Bernard portent la série documentaire Femme, je te tue.

Près de 20 féminicides ou féminicides présumés ont fait les manchettes l’an dernier au Québec. Femme, je te tue rappelle que, en 2020, une femme a été tuée tous les deux jours et demi au Canada. D’où la quête d’Ingrid Falaise et de Sarah Bernard qui, à travers des entrevues avec les proches des victimes, cherchent à mettre au jour « l’engrenage » fatal qui a mené à ces assassinats. Chaque épisode s’attarde à une tragédie en se demandant si elle aurait pu être évitée. La série se penche d’abord sur le cas de Clémence Beaulieu-Patry, 20 ans, assassinée par Randy Tshilumba, un jeune homme du même âge dont elle avait refusé les avances quelques jours avant sa mort.

Sur Investigation, dès le 25 janvier à 22 h

Esclaves

IMAGE TIRÉE DU SITE D’IMDB

Samuel L. Jackson est le narrateur, un personnage et l’un des producteurs délégués de la série Esclaves.

L’acteur Samuel L. Jackson (narrateur et producteur délégué) est l’un des piliers de cette série documentaire datant de 2020 qui revient sur 400 ans de commerce d’esclaves africains en explorant les fonds marins (où ont sombré bien des navires et où ont péri des millions de personnes destinées à être vendues), scrutant les arguments qui ont rendu ce trafic humain justifiable à l’époque et mettant au jour le système économique dont il faisait partie. La série en six épisodes s’achève sur les combats politiques qui ont mené à la fin de l’esclavage en Occident.

Sur ICI Tou.tv Extra dès le 28 janvier et sur RDI à partir du 3 février

Attentat à la mosquée – Un devoir de mémoire

PHOTO KEN ALLAIRE, FOURNIE PAR ICI TÉLÉ

Le documentaire Attentat à la mosquée – Un devoir de mémoire

Le 29 janvier 2017, un acte terroriste islamophobe a été perpétré au Centre culturel islamique de Québec. Bilan : six morts et quatre blessés graves. Cinq ans plus tard, le documentaire Attentat à la mosquée – Un devoir de mémoire s’attarde sur les contrecoups de cette tragédie dans la société québécoise et s’intéresse aux « initiatives individuelles et collectives » visant les rapprochements. Le documentaire, qualifié de « sobre », s’intéresse aussi à un attentat similaire survenu en Nouvelle-Zélande un an plus tard et qui aurait été inspiré par celui de Québec.

Sur ICI Télé, dans le cadre de Doc Humanité, le 29 janvier à 22 h 30

Dans l’ombre du Star Wars Kid

PHOTO FOURNIE PAR ANDRÉ AMIOT

Ghyslain Raza s’est filmé en train d’imiter Darth Maul, un personnage de Star Wars qui manie une épée laser. La diffusion de la vidéo de son jeu lui a valu de devenir la risée de la planète.

Il y a près de 20 ans, en 2003, une vidéo montrant le jeune Trifluvien Ghyslain Raza jouant à imiter un personnage de Star Wars maniant un sabre laser est devenue virale. C’était avant YouTube, avant Facebook et tous les autres médias sociaux qu’on connaît aujourd’hui et qui mettent le feu aux poudres en un rien de temps. Or, l’adolescent est quand même devenu victime de cyberintimidation à l’échelle planétaire. Ghyslain Raza raconte son histoire à l’écran dans un film qui interroge la « viralité » et ses conséquences sur la vie des gens dont les images sont diffusées massivement.

Sur Télé-Québec, le 30 mars à 20 h