Les semaines à venir seront propices à rattraper le temps perdu... notamment en ce qui concerne l'offre de programmation sur Netflix. Voici quelques suggestions.

Publié le 18 déc. 2021

Le top 3 d’Hugo Dumas

Hugo Dumas
Hugo Dumas La Presse

Squid Game

La série la plus populaire de l’histoire de Netflix, qui a fracassé tous les records d’écoute. Âmes sensibles (et enfants), s’abstenir. Des habitants de Séoul, qui croulent sous les dettes, sont recrutés pour participer à une série de jeux aux conséquences funestes. Si les concurrents réussissent six épreuves, ils remportent plus de 40 millions. S’ils perdent, ils meurent. Obsession de l’argent, marginalisation des pauvres et lutte des classes sociales, cette production sud-coréenne mélange horreur, survivalisme et critique sociale avec brio.

PHOTO RICARDO HUBBS, FOURNIE PAR NETFLIX

Rylea Nevaeh Whittet et Margaret Qualley dans la série Maid, de Netflix

Maid

Il ne faut pas être déprimé pour visionner Maid, qui raconte la bouleversante histoire véridique d’une mère seule de 23 ans (Margaret Qualley) qui fait des ménages pour survivre. Cette jeune maman est prise dans un cercle de violence psychologique et de pauvreté difficile à briser. Sa propre mère (Andie MacDowell) est inadéquate et dysfonctionnelle. Son père cache quelque chose de louche. Entre un séjour dans un foyer pour femmes violentées et un appartement à l’air irrespirable, cette femme de ménage garde espoir de s’en sortir un jour. Série dure et poignante.

PHOTO LIAM DANIEL, ASSOCIATED PRESS

Regé-Jean Page et Phoebe Dynevor dans la série Bridgerton, de Netflix

Bridgerton

Croisement entre Gossip Girl et Downton Abbey, Bridgerton nous entraîne au sein de deux familles aristocratiques dans le Londres du début du XIXsiècle. Il y a les Bridgerton, il y a les Featherington et il y a la saison des bals mondains qui commence et qui met beaucoup de pression sur la jeune et romantique Daphné Bridgerton. Trouvera-t-elle son prince charmant dans cet univers rigide et réglé par une série de conventions hiérarchiques ? La chroniqueuse Lady Whistledown vous révélera tous les secrets de ces gens riches, célèbres et grivois, disons-le.

Le top 3 de Marc-André Lemieux

Marc-André Lemieux
Marc-André Lemieux La Presse

Maid

Ce n’est pas la série la plus jojo en ville. Ni celle qu’on a envie de regarder en rafale. Mais en exposant le parcours d’une jeune mère qui tente de quitter un conjoint toxique, elle pourrait être l’une des plus utiles, puisqu’elle montre avec finesse qu’une relation abusive n’est pas nécessairement synonyme d’œil au beurre noir et de commotion cérébrale. Cette adaptation des mémoires de Stephanie Lord méritait un traitement sans fard, loin des codes hollywoodiens. Dans un monde idéal, la performance tout en retenue de Margaret Qualley sera couverte de trophées... comme celle, tonitruante mais tout aussi nuancée, d’Andie MacDowell.

PHOTO SAM TAYLOR, FOURNIE PAR NETFLIX

Connor Swindells, Ncuti Gatwa et Asa Butterfield dans la saison 3 de Sex Education, offerte sur Netflix

La saison 3 de Sex Education (Éducation sexuelle)

Cette comédie dramatique britannique – et progressiste – qui décrit les tribulations d’un groupe d’adolescents libidineux devrait également intéresser les adultes, d’autant plus qu’après deux saisons, ses auteurs délaissent (enfin) la formule d’un problème d’ordre sexuel par heure pour s’appliquer à raconter une histoire, une vraie. Résultat : l’intrigue entre Maeve (Emma Mackey) et Otis (Asa Butterfield) n’est plus la seule qui nous garde captifs. Points bonis pour avoir ressorti la chanson Zou Bisou Bisou, qu’on n’avait pas entendue depuis Jessica Paré dans Mad Men.

PHOTO DES WILLIE, FOURNIE PAR NETFLIX

Josh Connor et Emma Corrin dans The Crown, de Netflix

The Crown

The Crown a toujours été une série de prestige. Mais en s’attaquant aux années 1980, sa quatrième saison supplante ses trois premières. Si l’on hésite encore à applaudir la performance de Gillian Anderson en Margaret Thatcher (elle a tout de même remporté le prix Emmy en septembre), on salue celle d’Emma Corrin, remarquable en princesse Diana. Sans oublier l’inimitable Olivia Colman, saisissante en reine Élisabeth II. Seule déception : ce formidable trio ne sera pas de retour dans la saison 5, qu’on attend en novembre 2022.

Le top 3 de Marc-André Lussier

Marc-André Lussier
Marc-André Lussier La Presse

The Power of the Dog

Le retour à la réalisation d’un long métrage de Jane Campion après 12 ans d’absence ne pourrait être plus grandiose. Mettant en vedette Benedict Cumberbatch, Jesse Plemons, Kirsten Dunst et Kodi Smith-McPhee, tous excellents, cette adaptation du roman de Thomas Savage emprunte le cadre du western pour proposer une histoire d’une grande profondeur psychologique. Avec finesse, sensibilité et sensualité, la réalisatrice de The Piano offre une œuvre d’une belle puissance évocatrice.

PHOTO GIANNI FIORITO, FOURNIE PAR NETFLIX

Filippo Scotti, Teresa Saponangelo et Toni Servillo dans La main de Dieu, film de Paolo Sorrentino offert sur Netflix

La main de Dieu

Lauréat du Grand Prix du jury à la Mostra de Venise, aussi candidat italien aux Oscars dans la catégorie du meilleur film international, La main de Dieu est sans contredit l’opus le plus personnel de Paolo Sorrentino (La grande bellezza). Le cinéaste italien y évoque ses années d’adolescence à Naples, au moment où Diego Maradona, dieu du soccer et idole absolue, s’apprête, contre toute attente, à quitter Barcelone pour rejoindre l’équipe locale.

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Andrew Garfield dans Tick, tick… BOOM !, film de Lin-Manuel Miranda offert sur Netflix

Tick, tick… BOOM !

Pour le premier long métrage dont il signe la réalisation, Lin-Manuel Miranda (Hamilton) a choisi de porter à l’écran une comédie musicale inspirée d’un « monologue rock » semi-autobiographique que le dramaturge Jonathan Larson (Rent) a lui-même livré à une époque où rien ne semblait fonctionner pour lui. L’éblouissante performance d’Andrew Garfield impressionne, d’autant plus qu’au départ, le jeune homme n’avait pas du tout de formation pour le théâtre musical.

Combien ça coûte ?*

L’abonnement de base coûte 9,99 $. L’abonnement standard (14,99 $) et l’abonnement Premium (18,99 $) permettent de visionner Netflix en simultané sur deux et quatre écrans respectivement et de télécharger du contenu sur deux et quatre tablettes respectivement ; ils offrent une meilleure qualité vidéo et une meilleure résolution. Netflix n’offre pas d’essai gratuit.

*Le prix fourni ici est celui qui est annoncé sur le site de Netflix. Nous ne faisons pas état de possibles promotions.