Maripier Morin a fait une cure de désintox fermée l’été dernier. Pour traiter son alcoolisme. Elle a amorcé un travail (nécessaire) sur elle-même : thérapie avec un psychologue, rencontres de fraternités anonymes trois ou quatre fois par semaine. Elle a repris le boulot dans la série La faille 2 du Club illico et sur le film Arlette ! de Mariloup Wolfe. Des productions que nous ne verrons pas avant 2022, a-t-elle précisé à Tout le monde en parle dimanche soir.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

De dire ça n’équivaut pas à invalider le témoignage des victimes des comportements déplacés de l’actrice et animatrice de 34 ans. Pas du tout. Alcoolique et dépendante en rétablissement, Maripier a heurté, blessé et traumatisé beaucoup de gens.

Elle a répété dimanche qu’elle avait honte d’elle, qu’elle n’était pas fière, que son ego était démesuré quand elle faisait le party, qu’elle avait transgressé la limite de l’autre, qu’elle présentera ses excuses aux personnes concernées, qu’elle cherchait désespérément l’amour des autres. « J’ai manqué de respect à tellement de monde », a-t-elle admis à Guy A. Lepage et Anaïs Favron, qui ont mené une excellente entrevue, sans complaisance.

PHOTO FOURNIE PAR CLUB ILLICO

Maripier Morin dans La faille

Sobre depuis neuf mois, Maripier Morin a également été punie en perdant tous ses contrats professionnels, en moins de 24 heures.

Mais pour certains, la sanction imposée à Maripier Morin n’a pas été assez sévère. Ils aimeraient qu’elle ne reprenne pas ses activités professionnelles, qu’elle reste à l’écart des projecteurs. Pour combien de temps encore ?

Les producteurs et les diffuseurs qui ont engagé Maripier sur La faille 2 et sur Mais pourquoi ? à Z ont déjà tranché ce débat. Ils croient à la deuxième chance. Ils croient au sérieux des démarches entreprises par Maripier Morin pour faire amende honorable, comme elle l’a déclaré à Tout le monde en parle.

Aux dernières nouvelles, rien n’empêche Maripier de retourner sur un plateau de télé. Aucune accusation criminelle n’a été déposée contre elle. Et ce n’est ni moi, ni les sœurs Boulay, ni Safia Nolin qui allons décider de la durée du bannissement de Maripier Morin. C’est le public. Et le public a dévoilé ses couleurs en la nommant pour un prix au prochain gala Artis, qui se déroulera dimanche soir sur les ondes de TVA.

Parmi toutes les actrices du bottin de l’Union des artistes, le public a choisi ses cinq préférées de 2020-2021 : Maripier Morin, Julie Le Breton, Sarah-Jeanne Labrosse, Isabel Richer et Guylaine Tremblay. C’est une grosse marque d’affection et de soutien.

Oh, attendez un peu. Selon plusieurs membres influents du showbiz, cette sélection aurait dû lui être retirée, parce que Maripier n’était pas digne de la recevoir. En vertu de quelle loi, déjà ? C’est vox populi, vox Dei, les amis. Même quand ça ne fait pas notre ou votre affaire.

Maripier Morin a torpillé cette autre controverse en annonçant dimanche qu’elle retirait sa sélection au gala Artis. « Je suis tannée de diviser », a confié l’animatrice et comédienne. Faut choisir ses combats.

Aussi, pourquoi est-ce si scandaleux que Maripier Morin apparaisse à Tout le monde en parle à Radio-Canada ? Elle n’a pas le droit de donner sa version des faits ou même de présenter ses excuses ? C’est la moindre des choses que d’écouter avant de juger, il me semble.

Si le public ne pardonne pas à Maripier, il boudera ses projets, elle ne rapportera plus d’argent à ceux qui l’embauchent et elle disparaîtra des écrans. Vous aimez Maripier, vous regardez ses émissions. Vous détestez Maripier, vous n’achetez pas la marque de voiture/maquillage qu’elle vend. Aussi simple que ça. Le pouvoir, c’est nous, téléspectateurs, qui le détenons.

Ce qui fâche présentement une partie de la colonie artistique, c’est que Maripier Morin a conservé sa cote de popularité, malgré les propos vulgaires, malgré les gags à connotation raciste et malgré les attouchements non sollicités. Là-dessus, Maripier ne peut rien faire. Sauf s’éduquer et ne plus recommencer.

Je l’ai sentie sincère sur le plateau de Guy A. Lepage. Elle n’a pas esquivé les questions corsées. Par contre, la séparation de Maripier dans un bar (où elle dérape) et de Maripier au boulot (où elle se contrôle) est difficile à croire. L’animatrice a tenu des propos malheureux pendant le tournage de son ancien talk-show Maripier !, selon Le Devoir.

L’idée ici n’est pas de passer l’éponge sur les agissements déplorables de Maripier Morin. L’idée, c’est de croire qu’une personne peut changer et se reprendre en main. Je suis peut-être naïf, mais je l’espère aussi.