En cette période cahoteuse pour tous les médias, écrits, web, radio ou télé, c’est rare d’assister à la naissance d’une salle de nouvelles flambant neuve, avec des reporters sur le terrain, des chefs d’antenne derrière un pupitre et un investissement financier « majeur », selon Bell Média, qui n’a cependant pas précisé la somme injectée dans son service multiplateforme Noovo Info.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Ce qu’on sait ? C’est à Noémi Mercier, journaliste du monde des magazines, que reviendra l’honneur de piloter en direct le premier bulletin de nouvelles de la chaîne Noovo, le lundi 29 mars, de 17 h à 18 h. Son titre : Noovo Le fil 17.

Du lundi au vendredi, Michel Bherer, ancien de RDI, prendra les commandes du journal télévisé de 22 h (Noovo Le fil 22), d’une durée de 30 minutes, alors que Lisa-Marie Blais, ex-chef d’antenne de LCN, animera les détachements régionaux de 17 h 30 de même que ceux de fin de soirée, à 22 h 10.

PHOTO FRANÇOIS PERRAS, FOURNIE PAR NOOVO

La journaliste et animatrice Noémi Mercier pilotera le premier bulletin de nouvelles de 17 h à 18 h à compter du 29 mars prochain.

Les samedis et dimanches, entre 9 h et 10 h, Meeker Guerrier, qui a été membre de l’émission Tout un matin au 95,1 FM, prendra un café avec les téléspectateurs désirant prendre un pas de recul sur l’actualité de la semaine. Noovo n’offrira pas de bulletin de fin de soirée les week-ends.

Et pour alimenter ses diverses éditions de Noovo Le fil, le service Noovo Info a embauché une soixantaine de personnes (journalistes, vidéastes, techniciens, recherchistes), qui bosseront principalement à Montréal et à Québec, mais aussi dans les marchés de la Mauricie, de l’Estrie et du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Voilà pour les détails techniques. Maintenant, comment Noovo Info se distinguera-t-il de ses concurrents TVA Nouvelles et Radio-Canada Info, implantés sur ce territoire depuis des lunes ? D’abord, le commentaire occupera un segment important dans les bulletins de Noovo.

PHOTO FRANÇOIS PERRAS, FOURNIE PAR NOOVO

Le collègue Yves Boisvert fait partie des analystes qui seront invités à commenter l’actualité sur les ondes de Noovo Le fil.

En fonction des sujets chauds, Noovo Le fil pigera dans un vaste bassin d’analystes, qui réunit une vingtaine de visages déjà connus des téléspectateurs, dont Marie Grégoire, Louise Harel, Jonathan Trudeau, la psychiatre Marie-Ève Cotton, des collègues de La Presse (Rima Elkouri, Yves Boisvert et Mélanie Marquis), ainsi que Déborah Cherenfant, Élizabeth Plank, Martine St-Victor et Vanessa Destiné.

Ensuite, Noovo ne copiera pas la structure d’un bulletin traditionnel, avec des blocs distincts pour les actualités, les sports, la culture ou la météo. L’émission se moulera aux histoires brûlantes du jour. Et non, aucune présentatrice ou présentateur météo n’a été recruté. Colette Provencher et Pascal Yiacouvakis n’auront donc pas de compétition.

Le directeur général de l’information de Noovo, Jean-Philippe Pineault, parle « d’une formule rafraîchissante et d’un ton plus incarné ». Incarné de quelle façon ? Difficile à décrire quand on n’a pas encore vu d’images de Noovo Le fil.

Officiellement, Meeker Guerrier, Noémi Mercier, Michel Bherer et Lisa-Marie Blais portent le titre d’animateurs et non de chefs d’antenne. Noovo ne leur demande pas d’imiter l’approche neutre et classique des Céline Galipeau ou Sophie Thibault. Encore ici, faudra regarder Noovo Le fil pour comprendre comment ses quatre têtes d’affiche incarneront, chacune à leur manière, les nouvelles qu’elles présenteront avec « du recul, du contexte et des angles nouveaux ».

La diversité des voix et des points de vue de même que la couverture des régions demeurent une priorité pour Noovo Info, note la vice-présidente, développement, programmation et information, chez Bell Média, Suzane Landry.

Selon elle, les compressions récentes chez CTV et CJAD, deux autres propriétés de Bell Média, n’ont pas servi à amortir les coûts de Noovo Info. Les secteurs anglophones et francophones fonctionnent avec des budgets distincts.

À l’automne, Noovo Info disposera de son propre site web indépendant, comme celui de TVA Nouvelles. Et à partir du 29 mars, la signature Noovo Info apparaîtra dans les bulletins des stations radiophoniques de Bell Média, dont Rouge FM et Énergie.

Dans la région de Montréal, les émissions de Noovo Info proviendront d’un studio aménagé dans le même édifice qui abrite RDS, au coin de René-Lévesque et de Papineau, en diagonale avec la nouvelle Maison de Radio-Canada. J’aurais mis ma main au feu que les reporters de RDS auraient facilement pu traverser dans les bulletins Noovo Le fil, pour jaser du Canadien, notamment. Ce n’est pas dans les plans, me dit-on.

La bataille est loin d’être gagnée pour Noovo Le fil. Même que ce sera très difficile de percer contre les ténors de l’heure du souper comme Patrice Roy et Pierre Bruneau. Les habitudes télévisuelles bien ancrées, ça se change difficilement.

Par contre, l’ajout d’une troisième voix en info ne peut que tirer tout le monde vers le haut. Car la compétition, c’est sain. TVA a récemment annoncé le prolongement des nouvelles régionales dans plusieurs de ses marchés, dont Québec, Trois-Rivières et Sherbrooke. Vous voyez ? C’est le téléspectateur qui en sort gagnant.

Le chiffrier du lundi

L’échappée de TVA (836 000) a repris le dessus sur Une autre histoire à Radio-Canada (794 000). Mais ça demeure serré.

District 31 (1 452 000) reste au sommet, tandis que la quotidienne de Star Académie (817 000) reprend de la vigueur. Légère baisse pour Big Brother (564 000), stabilité pour Le tricheur (940 000) et constance pour Alertes (784 000).