Quand Julie Snyder a annoncé mercredi soir qu’elle recevrait Jacynthe René, après la pause publicitaire, j’ai d’abord cru à un lapsus, à une erreur, que ce serait plutôt la chanteuse Jacynthe — Give It Up ! — qui foulerait le tapis roulant.

Publié le 28 janv. 2021
Hugo Dumas
Hugo Dumas La Presse

Car, bien franchement, que fabriquerait Jacynthe René à La semaine des 4 Julie alors qu’elle sort à peine du procès ultra médiatisé de son entreprise, Maison Jacynthe, pour pratique illégale de la médecine ?

C’était évident que ce sujet litigieux — et d’actualité — rebondirait sur le plateau du talk-show, voyons. Imaginez si Julie Snyder n’avait parlé que de tisane à l’écorce de bouleau ou de jus détox, ç’aurait été gênant et peu professionnel.

PHOTO SACHA BOURQUE, FOURNIE PAR LA SEMAINE DES 4 JULIE

Jacynthe René était invitée à l’émission de Julie Snyder, La semaine des 4 Julie, mercredi.

Détendue et super glam, Jacynthe René s’est pointé le nez, et l’entrevue de 10 minutes qui a suivi a été corsée, ce qui a débouché sur un très bon moment de télévision. Vive le direct, personne ne pouvait arracher son micro et fuir le studio.

Julie Snyder, qui connaissait son dossier dans les fins détails, a enchaîné les questions précises sur des conseils de santé controversés qui ont été distillés sur la page Facebook de Maison Jacynthe. La comédienne et entrepreneure s’est plutôt bien défendue, mais plus l’interview progressait, plus son inconfort se manifestait.

Les crispations de Jacynthe René n’ont pas empêché Julie Snyder de gratter le bobo sans anesthésie, toujours sur un ton enjoué, dénué d’agressivité. Le segment s’est conclu avec un extrait de la série quotidienne Clash, de Vrak, où le jeu de Jacynthe René a été encensé par la démone.

Ça faisait du bien de voir Julie Snyder combative et baveuse. Trop souvent, les artistes du showbiz obtiennent des passe-droits, alors qu’ils méritent d’être secoués. Julie Snyder a confronté son invitée avec fermeté et rigueur. Rien à lui reprocher là-dessus.

Jeudi matin, Jacynthe René fulminait sur ses réseaux sociaux, se disant « assommée, trahie et humiliée » par Julie Snyder, qui l’aurait piégée, massacrée, démolie et même « violée » en direct sur les ondes de Noovo. Des mots lourds de sens, quand même.

IMAGE TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM DE JACYNTHE RENÉ

La publication de Jacynthe René sur Instagram, jeudi matin

Totalement faux, réplique Julie Snyder, jointe jeudi après-midi. « Jacynthe savait que l’entrevue allait porter sur la poursuite. Si elle avait demandé à ce qu’on ne parle pas de son procès, on ne l’aurait pas reçue. Cela faisait partie de son actualité », explique Julie Snyder.

Avant d’entrer en ondes, l’animatrice a visité Jacynthe René dans sa loge. « Je l’ai prévenue que l’entrevue ne serait pas facile. J’ai été professionnelle et je n’ai fait que déposer des faits devant elle. Je l’ai traitée avec égard et respect. Je lui ai donné l’occasion de répondre plusieurs fois », continue Julie Snyder.

Jacynthe René est restée jusqu’à la fin de l’émission. Les deux femmes ne se sont toutefois pas reparlé une fois la diffusion terminée. Julie Snyder et Jacynthe René ne sont pas des amies dans la vraie vie. Et il n’y avait pas de vieux conflit larvé entre elles. « Jacynthe, c’est quelqu’un que je respecte comme femme d’affaires. J’utilise ses produits de maquillage et je n’ai absolument rien contre elle », indique Julie Snyder.

Jacynthe René m’a envoyé une longue réplique jeudi en début de soirée. D’abord, elle affirme avoir perdu confiance envers les médias. « Oui, je me doutais qu’on allait évidemment parler du procès, mais pas de recevoir en rafale accusations après accusations. Je peux t’assurer que la pré-entrevue ne pouvait pas me laisser croire que j’allais passer un moment comme celui-là », affirme Jacynthe René.

Elle poursuit : « J’ai rarement été dans un tel état, dévastée, trahie. On est d’accord que j’ai été mitraillée. Je n’avais aucun intérêt à aller me battre. Je ne m’attendais pas à ça et je n’avais pas besoin de ça. Je n’ai pas à faire amende honorable si je sens que le traitement qui m’est réservé est injuste. C’est plutôt le contraire. Pour qui se prend-on de m’offrir une plateforme pour faire amende honorable ? »

Le verdict de son procès tombera le 23 mars.

Olivier Bernard, alias le Pharmachien, a alerté le Collège des médecins en 2018 à propos d’actes qu’il jugeait douteux de la part de Maison Jacynthe. Jeudi, Olivier Bernard a salué le « travail exceptionnel » de Julie Snyder, qui « n’a pas laissé place à des esquives ou à des réponses floues » lors de son entrevue.

« Généralement, je remarque plus les mauvais coups. Mais c’est important aussi de reconnaître les bons », rappelle Olivier Bernard en entrevue.

De Beaux malaises payants

PHOTO FOURNIE PAR VÉRO BONCOMPAGNI

Martin Matte a relancé sa série Les beaux malaises cette semaine.

Les patrons de TVA ont dû pousser un énorme soupir de soulagement en voyant les cotes d’écoute du premier épisode des Beaux malaises 2.0, relayé mercredi soir : 1 618 000 téléspectateurs. C’est un excellent score, pour une comédie tout aussi excellente.

À 21 h 30, la première de Drôles de Véronic a intéressé 871 000 personnes. Les deux nouveautés de TVA ont nui aux comédies de Radio-Canada, soit La Maison-Bleue (407 000) et Les mecs (463 000).

Toujours mercredi soir, District 31 a rivé 1 474 000 fans à leur petit écran. L’écart s’est rétréci entre Les enfants de la télé (791 000) et Sans rancune (516 000). L’épicerie (680 000) et La tour (629 000) sont à égalité, tandis que Big Brother Célébrités a intéressé 511 000 mordus.