L’identité autochtone de la réalisatrice Michelle Latimer, qui signe la série de la CBC Trickster, est remise en question par la communauté algonquine dont elle se dit descendante. Celle qui affirmait être de la lignée de la Première Nation algonquine Kitigan Zibi Anishinabeg, basée au Québec, s’est excusée jeudi de ne pas avoir vérifié ses liens ancestraux.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Michelle Latimer, grâce à ses œuvres documentaires et télévisuelles, est considérée comme une des importantes figures autochtones du milieu cinématographique canadien. Elle a notamment réalisé Inconveniant Indian, un documentaire paru cette année, récipiendaire de plusieurs accolades, dont deux prix au Festival du film de Toronto.

D’après la CBC, la cinéaste s’est toujours proclamée de descendance « Algonquienne, Métis et française ». Elle a affirmé avoir des liens familiaux ancestraux avec la communauté Kitigan Zibi Anishinabeg, basée à Maniwaki, en Outaouais. Mais des membres de cette Première Nation ont remis en doute cette connexion.

Une Aînée de Kitigan Zibi, Claudette Commanda, a qualifié la situation d’« insulte » à sa communauté, rapporte CBC.

Sur Facebook, Michelle Latimer a reconnu avoir commis « une erreur ». Elle affirme avoir communiqué avec les Aînés et les historiens de la communauté pour faire des vérifications.