(Montréal) Si, par malheur, la musique country vous rebute et que de surcroit, le nom d’Irvin Blais vous est totalement étranger, voilà une raison de plus de ne pas bouder votre plaisir d’écoute !

Josée Larivée
La Presse Canadienne

Ce menuisier-charpentier de métier décide un jour, avec sa femme Michelle, de prendre le bus pour aller chanter dans les bars de Sept-Îles.

Saisi par son succès, il se produit éventuellement sur scène à temps plein. Trente ans plus tard, Irvin Blais fait toujours équipe avec Michelle et sillonne le Québec à bord d’un véhicule récréatif à son effigie.

Snobé par les radios commerciales, sans agent ni équipe de promotion, il attire sur YouTube plus d’admirateurs qu’Éric Lapointe ou Marie-Mai — son clip Mon père enregistre à lui seul 2,5 millions de vues !

Guillaume Sylvestre a suivi cet artiste québécois qui figure parmi ceux qui vendent le plus d’albums. Le film explore la réalité de ses milliers d’admirateurs, dont il demeure très proche.

Entre deux spectacles, le chanteur engagé visite ses fans malades, répond aux demandes spéciales de ses admirateurs et compose des chansons qui expriment certaines des préoccupations des gens des régions.

Une heure qui passe bien vite : vous en aurez la mâchoire décrochée et l’œil humide. Irvin Blais, la voix du peuple, sur Canal D, le jeudi 12 novembre à 22 h.