Elle est actuellement au quatrième rang des émissions de Netflix les plus populaires au pays : Waco, qui raconte les 51 jours du siège meurtrier opposant le gourou David Koresh aux forces de l’ordre dans cette communauté reculée du Texas, au printemps 1993.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

La minisérie de fiction Waco se hisse devant Ozark, Tiger King et La casa de papel, mais traîne de la patte derrière Too Hot to Handle (Séduction haute tension), l’émission la plus visionnée dans les sept derniers jours sur la plateforme américaine.

C’est très étonnant, car Waco, une production de qualité moyenne, a d’abord été relayée en janvier 2018 par la confidentielle chaîne Paramount Network. Les critiques ont alors été tièdes, tirant du côté froid.

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Taylor Kitsch incarne le leader David Koresh, dans la minisérie Waco

Puis, le géant Netflix en a racheté les droits et l’a mise en ligne à la mi-avril, sans la publiciser. Bouche-à-oreille et confinement planétaire ont fortement opéré, il faut croire.

Le premier épisode de Waco est particulièrement mauvais et confus, tandis que le sixième (le dernier), le jour du raid catastrophique, contient une puissante charge émotive. Entre les deux, l’incursion au cœur de la secte polygame des davidiens s’étire inutilement. Ça manque de tension dramatique et ça ressemble à un téléfilm d’après-midi.

Ce qui ressort de Waco, malheureusement, c’est que le « pauvre » et charismatique leader David Koresh, joué par Taylor Kitsch, a été incompris par le FBI. Bou-hou. Ce supposé Messie ne voulait que transmettre sa vision des sept sceaux de l’Apocalypse !

Proposée en français, la série dépeint même les disciples de Koresh comme des gens super équilibrés et brillants, qui vivent en harmonie dans leur grand bunker en se tressant les cheveux et en sifflotant dans les champs. De jolis hippies qui grattent la guitare, en plus.

Pourtant, le prophète autoproclamé a épousé plusieurs jeunes filles, dont deux sœurs de moins de 16 ans, et a eu 24 enfants avec ses nombreuses femmes. Seul Koresh, dépeint comme un père aimant et sympathique, pouvait avoir des relations sexuelles. Tous les autres hommes du groupe devaient faire vœu de chasteté.

Jamais Waco n’évoque les entraînements militaires que Koresh imposait à ses troupes en prévision de la fin du monde.

Waco s’attarde longtemps au cafouillage entre le FBI et le Bureau fédéral des alcools, du tabac et des armes à feu dans la gestion de cette crise, qui a fait plus de 80 morts. Une tragédie, on s’entend.

Mais ce que l’on retient de Waco, c’est que les méchants policiers ont gazé des mères de famille tentant de protéger leurs bambins. Cette vision complaisante envers la secte découle du fait que la minisérie s’inspire, en grande partie, d’un livre rédigé par l’un des membres des davidiens, David Thibodeau, campé dans la minisérie par Rory Culkin, le jeune frère de Macaulay et de Kieran (si bon dans Succession).

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Rory Caulkin dans Waco

Évidemment que le regard de l’intérieur de Thibodeau est teinté par ses croyances, même s’il était l’un des moins crinqués de la bande.

J’aurais aimé aussi que Waco nous fournisse plus de détails sur l’ascension de David Koresh, son passé et ce qui l’a poussé vers le fanatisme religieux. Belle occasion ratée de faire une grande série, ici.

Fascinante Édith Butler

L’auteure-compositrice-interprète Édith Butler a volé la vedette dimanche soir à La vraie nature, qui a bouclé sa troisième saison à TVA.

Nous avions tous un peu oublié à quel point la chanteuse acadienne avait été une star de la scène folk dans les années 70, partageant même la scène avec Bob Dylan. Et pendant que le Québec découvrait une artiste de party, qui « swignait » sans arrêt, Édith Butler, elle, traversait une dépression. Quel contraste entre sa vie publique et sa vie privée, quand même.

IMAGE TIRÉE DE L’ÉMISSION

Édith Butler à La vraie nature, à TVA

Ce troisième chapitre de La vraie nature a probablement été le meilleur depuis la mise à l’eau de cette émission à l’automne 2017. La qualité de la recherche est excellente, la direction artistique est magnifique et Jean-Philippe Dion sait attirer les confidences par son écoute et son empathie.

Ce n’est pas un animateur flamboyant comme Véronique Cloutier ou Julie Snyder. Il sait cependant rediriger la lumière sur chacun des trios invités à son chalet. En raison de la COVID-19, les tournages de La vraie nature prévus cet été ont été annulés.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

Patricia Paquin, Jean-Philippe Dion, Édith Butler
et Christian Bégin à La vraie nature, à TVA

Toujours dimanche soir, le concert Stronger Together, Tous ensemble, chapeauté par Bell Média, Corus, CBC/Radio-Canada, Groupe V Média et Rogers, a réuni 734 000 francophones devant leur téléviseur. L’évènement musical, manifestement concocté pour un public anglophone, jouait sur plusieurs plateformes, dont CTV, ARTV, V, Vrak, Global, CBC et Séries Plus.

Tout le monde en parle a été suivi par 1 264 000 fidèles et La vraie nature a intéressé 717 000 curieux

Le dimanche 10 mai, TVA et Télé-Québec présenteront Une chance qu’on s’a pour célébrer les anges gardiens qui luttent contre le coronavirus. La veille, soit le samedi 9 mai à 19 h, Radio-Canada diffusera une édition spéciale d’En direct de l’univers pour la fête des Mères. Aucun conflit d’horaire en vue !