V a toujours souhaité intéresser les jeunes adultes. Ce désir semble se concrétiser de plus en plus, entre autres grâce à la téléréalité Occupation double, qui a permis à la chaîne d’atteindre des audiences record l’an dernier. Pour y arriver, V mise sur le web et sur des personnalités qui interpellent les 18-34 ans, nous confirme en entrevue Brigitte Vincent, vice-présidente au contenu.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

Souhaitez-vous créer votre propre star-système, un peu comme le fait TVA ?

Je dirais que oui. Un de nos exemples est Jay Du Temple. Il avait déjà été vu à d’autres chaînes auparavant, mais j’aime dire qu’il est maintenant chez nous. Il y a aussi Marie-Ève Janvier, qui est là pour une xième saison avec Le bonheur est dans le pré, ou Patrick Groulx pour Maître du chantier. Oui, on a nos vedettes à nous, qui collent parfaitement à notre ADN.

Il y a aussi Khate Lessard, avec qui vous allez continuer de collaborer. Vous créez vos propres vedettes.

Oui, Khate d’Occupation double, la première femme trans à avoir fait la téléréalité, se retrouve encore chez nous. Puisqu’elle a plu aux gens, elle sera collaboratrice au show de Julie Snyder. Il fallait de l’audace de la part de Julie pour la prendre comme participante à OD !

IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Brigitte Vincent, vice-présidente au contenu de Groupe V Média

Vous parlez souvent de l’audace de V et vous semblez choisir des personnalités qu’on ne voit pas nécessairement ailleurs à la télévision. Ce parti pris est-il au cœur de plusieurs de vos choix ?

V est une chaîne qui est reconnue pour son audace. Et nous sommes la chaîne dont l’ADN est le plus jeune. Pour rejoindre les jeunes adultes, nous essayons d’avoir des têtes d’affiche qu’ils affectionnent. Alors, oui, on va puiser là où ils ont de l’intérêt, dont sur les réseaux sociaux et sur YouTube. Par exemple, sur L’open mic de…, il y a un animateur différent chaque semaine, qui est une personnalité bien établie comme Rachid Badouri. Et lui va emmener quelques humoristes qui sont régulièrement moins connus et souvent bien présents sur les réseaux sociaux. Ce qui amène des gens de tous les horizons à consommer nos produits.

Avec Occupation double, vous réussissez d’ailleurs à intéresser une clientèle qui ne regarde pas beaucoup la télévision traditionnelle. Vous avancez que vos contenus vidéo ont attiré plus de 4 millions d’utilisateurs. C’est un million de plus qu’en 2018 !

Oui, c’est vrai que ça attire des gens qui ne nous auraient pas regardés autrement. Mais il y a aussi beaucoup de gens qui nous regardaient à la télé. Pour nous, l’idée est d’aller chercher les gens là où ils sont. Alors on offre la même chose à la télé que sur le web. Pour OD, on sait que les jeunes nous regardent sur noovo.ca [le site de V]. Notre intelligence est d’aller les chercher là où ils sont.

Même avec La semaine des 4 Julie, vous semblez vouloir toucher une clientèle qui ne regarde pas la télévision. Plusieurs des collaborateurs de Julie Snyder sont connus sur le web, mais font très peu de télé.

C’est ce qui a fait que j’ai beaucoup accroché à la proposition de Julie Snyder et de Stéphane Laporte. Ils sont arrivés avec des noms qu’on connaît moins et avec des propositions qui permettront aux téléspectateurs de découvrir de nouvelles choses. On ne veut pas des artistes qui viennent faire la promotion de leur dernier livre ou de leur nouveau spectacle ; on aime mieux aller ailleurs. Et Julie et Stéphane ont cette audace-là. Nous aussi, c’est comme ça qu’on voit les choses.