Denis Dubois, directeur général des programmes de Télé-Québec, a remis sa démission. Dans une note de service expliquant son départ, celui qui a travaillé ces cinq dernières années à lustrer l’image de Télé-Québec dit avoir le « sentiment du devoir accompli ».

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

« Les défis qui m’avaient été confiés à mon arrivée en 2015 ont été relevés, et même au-delà de mes espérances, grâce à une équipe compétente et dévouée », dit également celui qui a remplacé Dominique Chaloult quand celle-ci a pris la direction générale de la Télévision à Radio-Canada.

Le patron de la programmation estime qu’il est temps pour lui de « poursuivre [sa] route, au même titre que Télé-Québec poursuivra la sienne ».  

« De nombreux défis attendent l’organisation, et je suis convaincu qu’il est bénéfique, tant pour l’organisation que pour moi, de passer le flambeau à ce moment-ci », ajoute-t-il, dans la note à l’intention de son équipe et de ses collègues de travail. On peut lire que M. Dubois souhaite « se consacrer à d’autres projets ».  

Télé-Québec a indiqué à La Presse par courriel que Denis Dubois n’accorde aucune entrevue concernant sa démission.

L’ancien vice-président Marques et contenu chez Québecor Média, vice-président Chaînes spécialisées pour le Groupe TVA a été à la barre d’un vent de changement chez Télé-Québec durant son passage. Le retour de Passe-Partout, émission la plus regardée de Télé-Québec, s’est orchestré alors qu’il était à la barre de la programmation.  

Alors que le public de jeunes adultes échappait à la chaîne, Denis Dubois avait l’objectif clair de rejoindre cet auditoire. Avec Like-Moi !, par exemple, émission à sketchs ultra populaire.

Télé-Québec, en général, a connu ses meilleurs résultats à l’arrivée de M. Dubois, qui souhaitait lui donner une marque forte pour mieux fidéliser les spectateurs.  

Denis Dubois restera en poste jusqu’au 11 octobre. Il demeurera au sein de l’organisation à titre de consultant jusqu’à la fin du mois de décembre. Un processus de sélection est mis en branle dès jeudi afin de pourvoir le poste « dans les plus brefs délais », indique Télé-Québec.