(Montréal) L’été, la chaleur, les vacances, les excursions en canot… Sylvie Bernier et des membres de sa famille ont vécu toute cette excitation, l’été de 2002, sur la rivière Nouvelle en Gaspésie. Puis, l’inimaginable s’est produit.

Danièle L. Gauthier
La Presse canadienne

Chaque été, l’eau produit son lot de victimes. Cette fois-là, le canot ayant à bord Raphaël, 5 ans, a frappé un embâcle et s’est renversé gardant la petite victime coincée sous le canot qui s’est embourbé dans les branches à deux mètres de profondeur.

La veste de sauvetage n’a pu le ramener à la surface, ni sa tante Sylvie, médaillée d’or olympique en plongeon, qui assistait à la scène, horriblement impuissante.

Jean-François Bernier, papa du petit, avait interdit à sa championne de sœur de plonger, c’était mission impossible…

Dès lors, l’eau, depuis toujours la complice de Sylvie, se transformera en traître pendant plus de 15 ans. L’ex-plongeuse fut anéantie durant des mois.

Pour parvenir à exorciser son cauchemar, la prodigieuse athlète a écrit Le jour où je n’ai pas pu plonger, et Explora présente le documentaire du même nom, le vendredi 19 juillet, 21 h, histoire de rappeler que souvent, lacs et rivières possèdent des mystères que seuls des guides expérimentés et formés savent détecter.