Après 15 ans à l'antenne, Gérard D. Laflaque animera son dernier bulletin d'information dimanche soir à 19 h 30. C'est son diffuseur, ICI Radio-Canada Télé, qui a décidé de débrancher l'émission ICI Laflaque. Lors de cet enregistrement, auquel La Presse a assisté, l'équipe s'est dit « au revoir » et « merci » avec émotion.

Mis à jour le 31 mars 2019
VÉRONIQUE LAUZON LA PRESSE

« Dimanche dernier, le show était très drôle », dit l'humoriste Benoit Paquette, qui fait entre autres les voix du pape, de Kim Jong-un et du regretté Jean Lapierre.

« Tu dis ça comme si on pouvait compter les bons shows sur les doigts d'une main », lance Serge Chapleau en riant.

Nous sommes à Griffintown, où l'émission ICI Laflaque est conçue depuis ses débuts à Radio-Canada, il y a 15 ans. Autour des micros, les humoristes se regardent avec émotion. C'est la dernière fois qu'ils croisent joyeusement le fer.

Marie-Michelle Gagnon imite la voix de Véronique Hivon : « C'est même pas drôle ! »

Tout le monde rit de bon coeur.

« Ah ! Le trémolo dans la voix de Véronique Hivon ! Tu l'as bien ! Et après ça, c'est difficile de voir la vraie, parce qu'elle parle effectivement comme ça », dit Pierre Verville, sans aucun doute celui qui cache le moins sa tristesse de quitter ses collègues.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Serge Chapleau et Pierre Verville prêtent leur voix à certains personnages d'ICI Laflaque.

Il est là depuis le jour 1, alors que la femme de Gérard n'avait pas encore de jambes et que le chien était représenté seulement par une queue. « Quand j'ai commencé, mes enfants avaient 10-12 ans. Ils en ont 25-27. C'est ça qui est fou ! Mon Dieu que c'est weird de tout quitter ça », a confié Pierre Verville, la larme à l'oeil.

Serge Chapleau a lui aussi versé quelques larmes lorsque Sophie Morasse et Lynn Phaneuf, membres de la direction de la télévision de Radio-Canada, ont quitté les lieux. « Ce sont nos chouchous », a dit Sophie Morasse, émue elle aussi.

Parce que même si ICI Laflaque n'est pas reconduite, les deux femmes apprécient l'émission. Elles ne ferment d'ailleurs pas la porte à un autre concept, toujours avec la même technologie, sûrement encore une satire politique. Mais ce serait sans Gérard.

« Voici la fin de Gérard... C'est bizarre... sa vie se termine », confie Chapleau, aussi caricaturiste à La Presse.

« C'est très triste, tout ça. D'abord, je perds le show. Parce que même si je respecte mon diffuseur et que je suis ami avec les boss, je suis déçu. J'aurais continué. Ensuite, des amis perdent leur emploi. »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Luc Déry, auteur-coordonnateur, Sophie Morasse, première directrice, secteur culture, variétés et société à Radio-Canada, et Serge Chapleau

Benoit Paquette, assis en retrait, regarde les gens se faire des accolades. Il confie : « C'est le contrat le plus plaisant que j'ai eu. Ça va créer un gros vide dans ma vie de perdre ça. On pensait que tant que Chapleau serait en vie, on serait en ondes. »

Parmi les sketchs que Serge Chapleau et Benoit Paquette préféraient jouer, il y avait ceux de Laflaque et Lapierre, une parodie de l'émission de TVA Larocque-Lapierre.

« Benoit imitait Lapierre à la perfection ! Même Jean Lapierre le disait ! Il était d'ailleurs vraiment heureux d'avoir son personnage », se souvient le concepteur de l'émission.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le modeleur Cédric Dubois donne vie au personnage de Gérard D. Laflaque.

Dans les bureaux, il y a des ordinateurs partout. Une vingtaine d'animateurs 3D, de modeleurs de personnages et de techniciens travaillent pour réaliser l'émission hebdomadaire de 30 minutes.

« Il y a quelque temps, ça nous prenait deux ou trois mois pour créer un personnage. Maintenant, un personnage comme Sonia LeBel, ça nous prend trois semaines. C'est là que les 15 ans [d'expérience] comptent. On a développé une expertise », dit Cédric Dubois, modeleur.

Après avoir enregistré les voix, des comédiens enfilent la combinaison pour interpréter physiquement les personnages. Pour la dernière fois, Marie-Michelle Garon danse en imitant la chef d'antenne de Radio-Canada Céline Galipeau. Elle prend même une vidéo avec un téléphone intelligent pour garder un souvenir de ce pan de sa vie.

L'auteur-coordonnateur Luc Déry ne cache pas sa déception : « C'est triste parce qu'on trouvait qu'on était au sommet en ce moment, entre autres grâce à notre nouveau système technologique plus puissant. Ça fait mal. »

Son collègue scénariste se fait philosophe : « Ma façon de voir les choses est qu'il ne faut pas pleurer parce que c'est fini. Il faut être content que ce soit arrivé », dit Nicolas Forget.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Marie-Michelle Garon danse en imitant la chef d'antenne de Radio-Canada, Céline Galipeau

Personne ne semble d'ailleurs croire qu'on mettra la clé sous la porte de ces grands bureaux créatifs.

« Non, ce n'est pas terminé. Nous travaillons à un autre projet pour 2020. Mais il faut une pause avant de revenir. S'ils veulent enlever Gérard, on ne peut pas repartir avec un autre concept le lendemain », dit le caricaturiste.

Comme un célèbre politicien l'a dit : « Si j'ai bien compris, vous êtes en train de me dire : à la prochaine fois. »

Des personnalités devenues personnages

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Après avoir tourné la dernière scène, toute l'équipe de production a applaudi les comédiens.

FRANÇOIS LEGAULT, PREMIER MINISTRE DU QUÉBEC

« On va s'ennuyer du gros bon sens de Gérard. Pour ce qui est du concepteur, il a un sens de l'humour intelligent, c'est un dessinateur génial, mais il faut admettre qu'il est plus drôle avec les autres personnages qu'avec le mien. Chapeau, Chapleau ! »

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE 

François Legault, premier ministre du Québec

VÉRONIQUE HIVON, DÉPUTÉE DE JOLIETTE

« C'est avec déception que j'ai appris la fin d'ICI Laflaque, d'autant plus que je venais tout juste d'y obtenir une place... une véritable consécration quand on est en politique ! Chapleau, via Laflaque, a, comme d'autres caricaturistes, un rôle essentiel dans notre démocratie : donner de bons coups de gueule quand il le faut, ramener à l'ordre les hommes et femmes politiques par le prisme de l'humour et favoriser notre autodérision. Laflaque est mort ! Vive Laflaque ! »

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE 

Véronique Hivon, députée de Joliette

JUSTIN TRUDEAU, PREMIER MINISTRE DU CANADA

« Je tiens à saluer le travail de toute l'équipe d'ICI Laflaque. Félicitations pour toutes ces années où vous avez fait rire les Canadiens. Je m'inclus là-dedans, puisqu'il faut quand même être capable de rire de soi et des situations quand on est politicien. Ma spécialité n'est pas l'humour, j'essaie, le plus souvent possible, de laisser ça à des professionnels comme vous ! »

PHOTO DAVID LIPNOWSKI, LA PRESSE CANADIENNE

Justin Trudeau, premier ministre du Canada