La bataille de Winterfell a tenu promesse. L’épisode de Game of Thrones présenté hier soir est venu effacer la frontière entre télé et cinéma, élevant le médium télévisuel au niveau du septième art. Attention : divulgâcheurs !

Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage La Presse

Les amateurs, qui trépignaient littéralement d’impatience sur les réseaux sociaux, ont été récompensés par un moment de télé époustouflant. La tension était à couper au couteau dès la fin du générique d’ouverture ; un enchaînement sans parole, ponctué d’un rythme lent et minimaliste qui témoignait du drame qui se préparait en passant d’un personnage à l’autre. Après plusieurs minutes, c’est Dolorous Edd qui finalement brise le silence le premier quand Samwell Tarly vient finalement le rejoindre au front.

La tension qui prévaut avant l’assaut est palpable. Quand la prêtresse Melisandre arrive pour enflammer les sabres des guerriers Dothraki, l’intensité monte d’un cran de plus.

Mais la salve de ces derniers s’éteint littéralement contre les rangs des morts-vivants, seul Jorah Mormont réussit à revenir, visiblement terrifié.

C’est à ce moment que la bataille commence réellement. Les morts-vivants, qui n’ont rien à voir avec les zombies de Walking Dead, arrivent comme un raz-de-marée contre les armées de vivants, qui se font littéralement submerger. Sur les réseaux sociaux, les commentaires défilent à un rythme presque aussi affolant, tout le monde est déjà à bout de souffle.

Habile changement de rythme

On nous avait annoncé que la bataille allait être la plus longue séquence de combat jamais présentée à l’écran, certaines personnes appréhendaient donc un festival ininterrompu d’hémoglobine. Mais le réalisateur Miguel Sapochnik a habilement changé le rythme quand une partie de l’action s’est transportée dans les murs de la forteresse, notamment dans un haletant huis clos qui conduira Arya Stark devant Melisandre, qui lui rappellera une prophétie faite dans un épisode de la saison 3. Et qui aura finalement eu une importance capitale.

PHOTO HELEN SLOAN, FOURNIE PAR HBO

Conleth Hill (Lord Varys) et Peter Dinklage (Tyrion) 
dans Game of Thrones

Les séquences qui nous amènent au creux de la crypte nous donnent aussi quelques instants de répit, et certains des plus beaux dialogues de l’épisode, notamment entre Sansa et Tyrion. Leur relation prend une tournure qui pourrait être déterminante dans les épisodes à venir, notamment par rapport à celle entre Jon et Daenerys. Cette dernière a néanmoins sauvé son neveu et ancien amant, reste à voir comment se déroulera la suite.

Enfin, comme prévu, l’objectif du Roi de la Nuit était bel et bien d’annihiler la mémoire du monde des vivants en tuant Bran Stark. Il vient bien près d’y parvenir, la partie semble franchement perdue. Mais la prophétie de Melisandre se réalise, cette dernière aura rempli sa dernière mission.

Au final, peu de personnages importants auront péri dans la bataille, moins que l’on aurait cru, en fait. Certains décès auront sans doute laissé un goût amer dans la bouche de certains téléspectateurs, mais bon, Game of Thrones nous a habitués à ce genre de choses.

Cela dit, ce n’est pas terminé. Nos héros ont beau avoir vaincu la menace venue du Nord, ils devront rapidement tourner leurs yeux vers le Sud. Ils ont trois autres épisodes pour en découdre.