Hier, à l'émission de télévision d'Oprah Winfrey, le musicien américain d'origine haïtienne Wyclef Jean a répondu à nouveau aux soupçons soulevés par un site web sur la transparence de la gestion des finances de Yéle, organisme qu'il a fondé en 2005 pour aider Haïti.

Philippe Renaud, collaboration spéciale LA PRESSE

L'ex-leader du groupe The Fugees a d'abord réitéré sa loyauté envers son pays natal, rappelant qu'aux Grammys, en 1996, il avait chanté en arborant le drapeau haïtien.

Répondant aux questions de l'animatrice, Wyclef Jean a assuré n'avoir jamais profité «de quelque façon que ce soit» de l'argent recueilli par Yéle.

Jeudi dernier, le site TheSmokingGun.com a dévoilé une série de documents faisant état de transactions discutables, laissant entendre que l'artiste aurait surfacturé sa propre organisation caritative, notamment pour la location d'un studio d'enregistrement lui appartenant et même pour son cachet, versé à l'occasion d'un événement bénéfice.

«Est-ce qu'il y a eu des erreurs? Bien entendu, a toutefois reconnu Wyclef. Mais jamais ces erreurs n'ont été commises en ma faveur. L'organisme a été mal dirigé, mais cette épreuve nous a rendus plus forts que jamais.»

Au cours de cette même émission, la chanteuse Rihanna est venue interpréter Redemption Song de Bob Marley, en appui aux sinistrés d'Haïti.

Wyclef Jean, Rihanna et une multitude de stars internationales prendront part demain soir au téléthon Hope for Haïti, diffusé par une coalition de chaînes télévisées américaines.