Le spectacle «Le Québec prend la Bastille», qui sera donné mardi soir à Paris pendant la Fête de la Musique, sera diffusé en direct sur Internet.

Michel Dolbec LA PRESSE CANADIENNE

La Délégation générale du Québec, qui organise l'événement pour souligner ses 50 ans, a conclu un accord en ce sens en fin de semaine avec le site de partage de vidéos en ligne Dailymotion. «Cela veut dire qu'on pourra suivre le concert au Québec et partout dans le monde, se réjouit le délégué Michel Robitaille. On veut faire découvrir une nouvelle génération d'artistes et on le fait sur le média qu'utilisent les jeunes. C'est cohérent.»

Événement phare de la programmation mise en place tout au long de l'année par la Délégation pour son demi-siècle d'existence, le spectacle de la Bastille est une grande première. C'est aussi un des plus gros événements musicaux québécois des dernières années à se tenir à Paris.

Dès le départ, le directeur du service culturel de la délégation, Bertin Leblanc, a souhaité mettre au premier plan la nouvelle scène québécoise pour se « projeter dans l'avenir ». C'est le « plateau principal » qui sera diffusé sur le web. Au programme: Ariane Moffatt, Pierre Lapointe et Yann Perreau qui, sans être des vedettes en France, possèdent un vrai public (pour les deux premiers en tout cas). Les trois chanteurs seront accompagnés par le groupe Karkwa, qui terminera la soirée, avec son propre spectacle.

Deux « guest stars » (comme on dit à Paris...) prendront part à cette prise de la Bastille imaginée par Monique Giroux: il s'agit de Marie-Jo Thério et du slameur français Grand Corps Malade, qui interpréteront «Montréal», son texte hommage à la métropole québécoise, mis en musique par Yann Perreau a mis en musique.

La semaine dernière encore, les organisateurs songeaient à une diffusion du spectacle à la télévision française. Comme le projet a tourné court, ils ont fait le pari du web, rapidement apparu comme le moyen de diffusion «le plus en adéquation» avec l'esprit du concert.

«On n'a pas hésité une seconde. Une diffusion en mode continu (en streaming), ça renvoie à une idée de modernité et d'avenir. C'est un moyen souple et innovant de faire partager le spectacle au plus grand nombre, au Québec d'abord, en France, mais aussi partout dans le monde », souligne Bertin Leblanc.

Difficile de prédire combien d'amateurs iront sur Dalymotion mardi (à 15h00, heure de Montréal) pour suivre le «direct». En vrai, sur la Place de la Bastille, les spectateurs pourraient se compter par dizaines de milliers, si la météo se montre un peu clémente.

Ce spectacle québécois a déjà un bon impact dans les médias. Le quotidien gratuit Métro est partenaire de l'opération. Les magazines Télérama, Le Nouvel Observateur et L'Express ont déjà publié des articles pour souligner ce concert, qui a la bonne idée de se tenir sur un des sites les plus emblématiques de la Fête de la musique. Les choses, en somme, s'annoncent plutôt bien

La ministre de la Culture et celle des Relations internationales, Christine St-Pierre et Monique Gagnon-Tremblay, assisteront au spectacle.